Pourquoi a-t’on de l’anxiété de performance ? Et quel est l’impact de ce trouble sur nous ? Quelles sont ces conséquences ? Peuvent-elles être positives ou sont-elles toujours négatives ? Il est important d’en apprendre plus sur ce trouble qui prend parfois énormément de place dans nos vies : un entretien, un rendez-vous, un examen… Et hop ! Notre anxiété de performance apparaît ! Pouvant parfois nous bloquer dans les moments les plus importants.

Certaines situations peuvent être tellement importantes pour nous que l’on en oublie d’être indulgent envers nous-même ! La pression que nous nous mettons nous conduit à ressentir de l’anxiété, plus ou moins bien gérée, et si l’anxiété peut nous servir de moteur pour avancer, elle peut aussi nous faire office de freins. Quelles sont donc les conséquences de l’anxiété de performance ? Voici la réponse.

Anxiété de performance : conséquences ?

L’anxiété de performance, est un sentiment très fréquent que nous ressentons toutes et tous à une période de notre vie : elle se définit comme une anxiété liée aux situations d’évaluation, et peut conduire à des symptômes physiques et autres, et des impacts aussi sur les performances. Essayez un peu vous, de performer quand vous avez peur d’ :

  • Échouer et de vous ridiculiser en face des autres
  • Renvoyer une mauvaise image de vous-même
  • Céder face au stress et à la pression
  • Rater assez pour tout gâcher alors que c’est important
  • Gâcher votre avenir professionnel ou social

C’est difficile, en effet, vous ne trouvez pas ? Il est important de réduire cette pression, car elle peut parfois être contre-productive et vous empêcher d’avancer, alors même que cet objectif est important pour vous. Si vous devez faire une présentation devant vos collègues ou une présentation à faire qui jouera sur votre avenir, il serait peut-être important d’apprendre à la moduler ! Elle peut avoir différentes causes :

  1. Parents qui mettent la barre trop haute dans leurs attentes
  2. Attentes trop élevées que vous avez envers vous-même
  3. Pression sociale ressentie de l’environnement où vous vous trouvez

1 – La pression de nos parents sur nos résultats

La famille est la première instance de socialisation, or des parents mettant la pression (souvent sans s’en rendre compte !) sur les résultats que doivent obtenir leurs enfants ou faisant preuve de peu d’indulgence envers eux, peuvent conduire l’enfant à ressentir une anxiété de performance globale dû à cela.

2 – La pression que nous exerçons sur nous-même

Malgré un entourage indulgent et rassurant, nous pouvons tout de même être conduit à nous mettre nous-même la pression sur des choses parfois futiles. Il existe une pression que l’on met sur soi qui limite nous fait avoir peur d’échouer et envie de « performer », et cela peut aussi conduire à une anxiété de performance globale.

3 – La pression de notre environnement sur nous

Au-delà de notre entourage et de nous-même, c’est aussi notre environnement direct qui influe sur notre désir de surperformer. Dans des environnements naturellement compétitifs comme les sports de hauts niveaux, de compétition, les métiers de la scène, du spectacle, il y a une obligation naturelle d’offrir une performance et d’être évalué par les autres, conduisant ainsi bien souvent à une anxiété de performance.

Et puis, on ne parle pas assez de l’impact des parents sur la pression de performer, cela s’étend pourtant jusqu’à l’âge adulte ! Néanmoins, c’est aussi souvent dû à la pression que l’on exerce sur soi au quotidien qui fait des ravages sur la durée. Pour vous aider à mieux comprendre ce trouble en détails, voici ainsi les 5 conséquences positives ou négatives que l’anxiété de performance peut avoir sur vous.

1 – Des conséquences cognitives

La première conséquence que peut avoir l’anxiété de performance, c’est des conséquences cognitives. Et oui, quand on a peur d’échouer, de se rater à quelque chose qui est important pour nous, on mobilise nos ressources cognitives d’une façon plus importantes. On a envie de réussir ! Donc on sollicite nos ressources de façon beaucoup plus élevée, ce qui a des effets positifs comme négatifs. On sollicite des ressources comme l’ :

  • Attention : on prête attention à la situation, ces caractéristiques
  • Concentration : on choisit de se concentrer sur tel ou tel point
  • Réflexion : on élabore des plans pour performer au mieux
  • Mémoire : on se souvient de ce que l’on doit dire, aborder

Et ces ressources nous aident à essayer de trouver des solutions pour mieux performer et gérer la situation d’évaluation qui nous effraie. Cependant, face à l’anxiété qui pourra être très importante, cela pourra conduire rapidement à l’épuisement de ces capacités cognitives dû à leur sur-sollicitation. C’est là que nous aurons alors des conséquences donc comme la :

  • Baisse générale de notre capacité d’attention
  • Troubles de la capacité de réfléchir, de synthétiser
  • Difficultés globale à se concentrer et avancer
  • Difficultés à se souvenir ce qui pourtant été important
anxiete-performance-consequences

Cela aura donc évidemment un effet sur votre performance ! Car si vous oubliez votre texte lors d’une présentation, que vous vous emmêlez les pinceaux et ne savez plus quel et le point le plus important à aborder, votre exposé sera effectivement plus brouillon, néanmoins vous pourrez rattraper le coup et reprendre vos esprits ! L’anxiété de performance pourra donc avoir des conséquences cognitives, à la fois positives et négatives.

2 – Des conséquences émotionnelles

La deuxième conséquence que peut avoir l’anxiété de performance, c’est des conséquences émotionnelles. Et oui, la pression que l’on se met de réussir telle ou telle chose, ou dans telle ou telle situation, crée de l’anxiété en effet mais aussi d’autres choses, des émotions positives comme la motivation, mais parfois aussi négatives comme la détresse. Selon le niveau d’anxiété que vous ressentirez et votre façon de le réguler, vous ressentirez alors peut-être de l’ :

  • Stress : votre organisme se mettre alors à réagir avec des symptômes
  • Détresse : vous vous sentirez impuissant face à la situation et démuni
  • Tristesse : vous serez déçu de ne pas réussir à faire face assez bien
  • Frustration : vous verrez l’écart entre ce que vous voulez et obtenez
  • Colère : vous aurez du mal à accepter la présence de cet obstacle
  • Motivation : vous serez motivé par ce nouveau challenge et défi
  • Enthousiasme : vous serez inspirés et enthousiaste à l’idée de se lancer
  • Attente positive : vous serez impatients de vivre cette situation

Selon votre façon de voir la situation, ainsi que votre façon d’interpréter vos émotions et leur impact sur la situation, vos émotions seront alors positives ou négatives, car l’anxiété peut être un moteur comme un frein, mais cela dépend de nombreux facteurs. L’anxiété peut vous pousser à avancer dans certains cas, des cas où vous :

  • Voyez la situation comme un challenge, un défi
  • Pensez les obstacles comme une opportunité d’évoluer
  • Voyez à la situation comme une façon de prouver vos compétences
  • Avez peu d’anxiété en général dans la vie de tous les jours
  • Décidez de voir la situation de façon positive
  • Votre anxiété est modulée donc n’est pas un obstacle

Puisque si l’anxiété est trop élevée et que vous ne réussissez pas à la diminuer, cela pourra conduire en une anxiété de performance néfaste, qui affectera vos performances et les émotions que vous ressentirez. Dans ce cas-là, les effets ne seront donc pas extrêmement positifs. Selon votre interprétation de la situation et la façon dont vous gérerez la pression perçue ou réelle, vos émotions prendront l’un ou l’autre tournant. En bref, l’anxiété de performance pourra donc avoir des conséquences émotionnelles, à la fois positives et négatives.

3 – Des conséquences sur l’estime de soi

La troisième conséquence que peut avoir l’anxiété de performance, c’est des conséquences sur l’estime de soi. Et oui, lorsque l’on parle de situations d’évaluation, de situation où l’on perçoit un enjeu ou une possible menace, ces situations mettent alors aussi en jeu un aspect très important qui est l’estime de soi, la valeur que l’on se donnera en tant que personne. Plusieurs choses peuvent affecter l’estime de soi en tant normal déjà :

  • Attentes déçues : si l’on est constamment déçue de ses performances
  • Échecs répétés : si l’on tend à échouer plusieurs fois à une chose
  • Erreurs à conséquences : si l’on rate un entretien déterminant
  • Jugement des autres : si l’on échoue en face des autres par exemple

Et oui, on peut souvent faire des efforts qui n’aurons pas les effets escomptés, et nous seront déçus ce qui peut souvent affecter très fortement l’estime de soi. On peut douter de notre capacité à surmonter les obstacles et les dépasser, d’autant plus que l’estime de soi est une composante essentielle de la constitution de notre identité, donc c’est une composante importante qui est impactée. Imaginez alors vivre un échec lors d’un :

  • Entretien professionnel : incapacité de trouver un emploi ?
  • Examen scolaire ou étudiant : incapacité de réussir ses études ?
  • Présentation professionnelle : remise en cause de sa qualité pro ?
  • Conférence devant une audience : remise en cause de compétences ?

La peur d’être évaluée peut nous bloquer, si bien que l’on risque d’échouer si l’on n’apprend pas à moduler cela, alors c’est de cette façon que notre estime de nous-même peut en pâtir. Or vous avez de la valeur, c’est évident. Vous construisez vos compétences chaque jour et vous avancez alors n’en doutez jamais ! C’est le chemin qui est important, beaucoup plus que le résultat. En bref, l’anxiété de performance pourra donc avoir des conséquences sur l’estime de soi : soit positives si vous surmontez la situation, soit négatives.

4 – Des performances différentes

L’anxiété de performance pourra donc avoir des conséquences sur le niveau de performance, qui sera meilleur si l’anxiété est modulée, moins bien s’il ne l’est pas. En effet, nos performance seront différentes, car selon notre gestion de l’anxiété, elle deviendra alors soit un moteur nous poussant à avancer, soit un frein perturbant notre avancée, nous aboutissons donc à deux situations possibles :

  • Performance supérieure : nos capacités sont mieux mobilisées
  • Performance plus faible : nos capacités sont moins bien mobilisées

Selon si vous gérez l’anxiété de performance de façon positive, ou de façon négative, cela aura un effet sur vos émotions, vos capacités cognitives et votre estime de vous-même certes, mais cela aura aussi et surtout un impact sur vos performances à l’arrivée. Si votre envie est de performer et votre peur, de ne pas y arriver, dites-vous bien que c’est la façon dont vous aurez de gérer cette peur qui fera que vous performerez bien ou non ! Imaginez un peu, un :

  • Violoniste ou pianiste devant performer devant des personnes
  • Chanteur devant performer devant une audience de milliers
  • Conférencier devant parler devant une foule de personnes
  • Intervenant devant juste faire une présentation devant ses collègues

Toutes ces situations (et bien d’autres encore) peuvent conduire à la création d’un sentiment d’anxiété de performance : on a envie de réussir, et on a peur de performer en face des autres ! Et pourtant, nous avons choisi de le faire, donc il faudra bien se lancer ! Même les situations comme parler à quelqu’un dans la rue ou faire des rencontres amoureuses peut donner lieu à cette pression d’y arriver aussi. L’anxiété de performance pourra donc aussi avoir des effets positifs ou délétères sur vos performances. Mais pas de panique ! Vous pouvez changer les choses.


Finalement, l’anxiété de performance peut parfois avoir des effets positives, bien que l’on n’en voit parfois le côté négatif. Il est toujours important de noter que l’anxiété devient un frein et un obstacle à partir du moment où son niveau est trop élevé, et que les stratégies pour y pallier ne sont pas présentes. Il existe donc toujours des conséquences à cette peur de l’évaluation.

Des émotions plus négatives. Des troubles de la concentration et de la réflexion plus présents. Une performance souvent différente, en positif ou non. Un impact souvent important sur l’estime de soi et l’indulgence dont on fait preuve envers-nous-même.

Ne laissez pas votre histoire ou la façon dont vos parents ont été vous définir : si au contraire, c’est vous qui mettez la barre trop haute, rappelez-vous que vous êtes humain, vous pouvez faillir, ce n’est pas grave. Ça ne déterminera pas votre vie, chaque erreur pourra être rattrapée, vous pourrez y arriver, et si vous ne ratez, vous réessayerez. Diminuez cette pression que vous exercez sur vous-même ! Cela vous changera la vie.

Bien à vous,

Ambre.

Voici un guide gratuit qui va vous aider à diviser votre anxiété par 2 dès aujourd’hui juste ici.