Anxiété sociale : quelle est la solution pour en sortir.

Faut-il plutôt opter pour des thérapies ?

Quel type de thérapie privilégier ?

Sont-elles aussi efficaces qu’annoncées ?

Existe-il un autre moyen de s’en sortir ?

Je me suis moi-même longtemps posé la question.

Vaincre l’anxiété sociale est souvent un long chemin.

Un chemin parfois semé d’embûches.

Alors comment guérir ce trouble si handicapant ?

Découvrez déjà dans cet article : 

  • Qu’est-ce que l’anxiété sociale
  • Deux erreurs fréquentes dans son traitement
  • La solution à contre-courant pour vaincre l’anxiété sociale

Anxiété sociale : définition et solution

Souffrez-vous d’anxiété sociale aussi dite phobie sociale ?

Ou d’un tout autre trouble comme la timidité ?

Il est déjà important de le découvrir.

Pour cela, vous pouvez vous faire diagnostiquer.

Consulter un médecin peut être le début.

Une psychologue TCC sera la suite logique.

Le diagnostic sera le départ de votre amélioration.

Car sans définition du problème :

Pas moyen de trouver la bonne solution.

Et ici, nous voulons la trouver.

Du moins trouver la meilleure pour nous.

Alors qu’est-ce que l’anxiété sociale ?

Et surtout est-ce que vous en souffrez ?

Découvrez tout avec ses plus grands symptômes. 

Qu’est-ce que l’anxiété sociale 

L’anxiété sociale est la peur irrationnelle des autres.

C’est la peur de certaines interactions sociales.

Souvent, c’est la peur des situations de performance.

Examens, prise de parole en public.

Évaluations, entretiens professionnels.

Tout ce qui est lié à l’évaluation.

Car la peur est d’être jugé négativement par une autre personne.

Souvent, c’est aussi la peur des interactions sociales.

Discussion seul, ou en groupe.

Affirmer son opinion, exprimer son désaccord.

Être au centre de l’attention des autres.

Tout ce qui est lié au jugement possible.

Nous avons peur d’être évalué négativement par les autres.

Alors si vous avez peur rien que d’y penser alors :

Vous avez peut-être certains signes de ce trouble.

Encore une fois, le diagnostic reste le seul moyen.

On peut aussi avoir peur que notre anxiété se voit.

Peur d’être remarqué, observé ou épié.

Beaucoup de peurs se recoupent, liées au regard.

Si vous souffrez d’anxiété sociale vous aurez :

Du mal à communiquer avec les autres.

Du mal à regarder dans les yeux.

Une peur importante d’affirmer votre point de vue.

Une peur intense de devoir exprimer un désaccord.

L’angoisse des situations d’observation.

Et beaucoup d’autres symptômes qui dépendent des personnes.

Quelle est donc la solution à ce trouble ? 

Quelle solution pour vaincre l’anxiété sociale

Certaines solutions s’offrent à une personne qui en souffre.

Les solutions classiques sont en général :

Le suivi d’une thérapie cognitivo-comportementale.

C’est une thérapie assez courte et ciblée.

Souvent, elle n’est pas suffisante.

Il nous faut une aide complémentaire.

Peu de spécialistes parlent de cela.

L’anxiété sociale est un trouble qui s’est construit dans le temps.

Une thérapie courte peut être d’efficacité limitée.

Cependant, cela aide déjà même si partiellement.

anxiété-sociale-solution

Une autre solution classique est parfois :

L’usage de médicaments pour réduire l’anxiété.

Cette solution ne fonctionne cependant pas toujours.

Il y a des pensées et croyances à changer.

Prendre des médicaments n’aide que partiellement.

Nous oublions le vrai travail de fond à faire.

Il est important selon moi de ne pas oublier :

À quel point travailler sur soi est important.

A quel point vous pouvez changer les choses.

Que les solutions classiques sont parcellaires.

Que vous pouvez trouver un autre moyen.

Quelle est donc la solution pour vaincre l’anxiété sociale ?

Découvrez tout de suite la solution en 2 étapes.

1 – Miser sur le développement personnel

Avez-vous déjà pensé au développement personnel ?

Et d’ailleurs qu’est-ce que c’est ?

C’est le domaine assez en vogue aujourd’hui.

Il permet d’aider les personnes à s’améliorer.

A se comprendre et avancer dans leur vie.

Mais quel rapport avec l’anxiété sociale ?

Et bien, comment vaincre son anxiété si :

On ne la comprend pas.

Ni d’ailleurs nos autres émotions.

Le développement personnel peut être d’une grande aide.

Je le dis d’expérience, je l’ai utilisé.

Et je peux vous dire que cela m’a beaucoup aidé.

Il est souvent au travers de :

Livres (à lire ou en audio).

Vidéos (Youtube par exemple).

Articles (souvent sur internet).

Mais aussi dans des journaux papiers spécialisés.

Des journaux de psychologie, etc.

Cela vous permettra aussi de travailler sur vous-même.

Vu que les thérapies seront parfois partielles.

Découvrez tous les bienfaits de ce nouvel outil. 

a – Comprendre ses émotions

En premier, il vous aidera grandement à :

Comprendre vos émotions.

Nous ne sommes souvent pas des experts pour ça.

Les émotions sont souvent complexes.

Et surtout difficiles à comprendre et à décoder.

Comment faire pour les comprendre ?

Et comment comprendre le mécanisme de l’anxiété ?

Le développement personnel a la clé.

L’anxiété est reliée à l’émotion de peur.

Car il existe 5 émotions primaires.

L’important est déjà de comprendre que :

Peur rime avec symptômes physiologiques.

Comprenez déjà le cycle de la peur

Le cycle de la peur

Certains livres vous aideront grandement.

La peur a un déclenchement spécifique.

Il faut déjà un déclencheur extérieur :

Une situation, un contexte.

Ou un déclencheur intérieur :

Une pensée, un sentiment d’être sous pression.

Et le mécanisme de la peur s’active.

De là, vous aurez souvent 3 réactions types.

Soit vous ferez face à la situation (“fight”).

Soit vous resterez pétrifié face à la situation (“freeze”).

Ou alors vous fuirez la situation (“flight”).

Dans l’anxiété sociale, la réponse est souvent la 3.

C’est le comportement d’évitement.

La peur est trop forte donc nous l’évitons.

Mais ce n’est pas simple de s’en sortir comme ça.

On en apprend déjà plus sur la peur. 

Les vagues émotionnelles

Nous comprendrons aussi mieux vos variations.

Car l’humeur peut aussi très vite changer.

Un jour, tout va bien ou un peu mieux.

Et le jour suivant, notre anxiété est au maximum.

Ces vagues ne sont pas faciles à gérer.

Ni à comprendre quand elles nous submergent.

Parfois, il faut juste prendre du recul.

Voir qu’il est normal de ressentir ça.

Que c’est temporaire.

Ça va passer, il faut juste attendre.

Être patient et faire de son mieux.

Surtout quand on souffre d’anxiété sociale.

Un jour, vous communiquez mieux avec les autres.

L’autre, vous avez beaucoup plus de mal.

Les vagues émotionnelles sont assez fréquentes. 

La tristesse face à la difficulté

On comprendra aussi mieux sa déception.

Car le chemin sera souvent semé d’embûches.

Essayer de s’améliorer n’est parfois pas suffisant.

On échoue, on ne fait pas parfaitement.

Tout ne se passe pas comme prévu.

Il faut faire avec tout ça.

Et parfois, on peut se sentir triste.

Parce que l’anxiété sociale ne cesse de nous stopper.

Et que c’est un obstacles handicapant.

Et vous savez quoi, c’est normal.

Comprendre vos émotions vous aidera à avancer.

Peur, colère, tristesse, frustration…

En les domptant, vous vous améliorerez. 

b – Apprendre à se connaître

Le développement personnel permet aussi :

D’apprendre à se connaître.

De comprendre ses réactions, ses comportements.

C’est en vous connaissant vous-même que vous avancerez.

Parfois, tout est assez flou.

On ne comprend pas pourquoi on réagit comme ça.

On ne comprend pas pourquoi on n’arrive pas à changer.

livres-developpement-personnel

En fait, il y a beaucoup de mécanismes.

Il y a des croyances, des pensées, etc…

Et il faut aussi y jeter un œil.

Comprendre tout ce qui se passe dans notre tête.

Parce que c’est souvent un sacré fouillis !

Il y a notamment deux éléments. 

L’évitement face aux situations

L’anxiété sociale vient souvent avec :

Un évitement persistant des situations.

Toutes les situations qui nous font peur finalement.

On évite ce que l’on redoute.

Et ce que l’on ne se sent pas capable d’affronter.

Mais ce n’est qu’un sentiment.

En apprenant comment vaincre la phobie sociale :

Cette confiance augmentera petit à petit.

Cela sera progressif mais bien réel.

Le comportement d’évitement est complexe.

Il devient automatique.

Il est une façon de nous protéger.

Mais sur le long-terme, cela ne fonctionne pas.

Nous devrons apprendre à le désinstaller. 

“Pourquoi j’ai peur”

Vous comprendrez aussi beaucoup mieux :

Les raisons de votre peur si importante.

De quoi avez-vous peur ?

Pourquoi, quelles en sont les raisons ?

Que pouvez-vous faire pour avancer ?

Vous pouvez agir pour changer les choses.

Encore faut-il d’abord comprendre ce qui se passe.

Et la peur est le premier élément.

La peur est une réponse à une menace.

Qu’elle soit réelle ou perçue, pour votre intégrité.

Intégrité physique, ou psychologique.

En fait, ce sont vos émotions qui sont menacées.

Vous comprendrez déjà tellement de choses.

Qui vous aideront ensuite à vaincre l’anxiété sociale. 

2 – Miser sur les thérapies

Au-delà du développement personnel, il y a aussi :

Les thérapies, qui vous aideront aussi.

Si l’on combine les deux, alors :

On obtient un mix parfait, enfin presque parfait.

Certaines thérapies peuvent vous aider.

Il ne faudra jamais l’oublier.

Chercher une aide extérieure est évidemment nécessaire.

Mais il faut aussi l’accompagner d’un travail sur soi.

C’est la combinaison des deux qui fait tout.

L’un sans l’autre ne fonctionne pas.

Thérapie sans travail sur soi :

Donne une amélioration partielle.

Travail sur soi sans thérapie :

Donne un travail de surface.

Il faut mixer les deux pour s’en sortir.

Notamment, deux types de thérapies.

a – Les thérapies de soutien

Les premières sont les thérapies de soutien.

Ce sont des thérapies assez classiques.

C’est ce qu’on appelle les thérapies cliniques.

Vous allez voir un ou une psychologue.

Et vous lui parlez de ce qui est difficile pour vous en ce moment.

Ou alors d’une difficulté que vous traversez.

D’une chose que vous souhaitez améliorer.

Et vous vous exprimez librement pour chercher un soutien.

therapies-anxiete

Ce sont les thérapies les plus classiques.

Et elles peuvent déjà vous aider au début.

Quand l’anxiété est trop importante.

Même si l’interaction sociale sera difficile au début.

Vous vous sentirez tout de même mieux après.

Notamment pour deux grandes raisons. 

Trouver un soutien extérieur

Rechercher un soutien extérieur est nécessaire.

Comment peut-on s’en sortir seul ?

En fait, c’est impossible.

Il nous faudra le soutien de notre famille.

De notre entourage, de nos amis restants.

Mais surtout d’un professionnel habitué.

Parler de ce que l’on traverse n’est pas toujours facile.

Parfois, on ne peut pas le faire à son entourage.

On pense qu’ils ne comprendront pas.

Ou qu’ils nous jugeront, même si ce n’est pas le cas.

Les psychologues sont formés pour vous aider.

Alors pourquoi ne pas solliciter leur aide ?

Trouver un soutien extérieur vous aidera.

Même si au début, cela ne solutionnera pas encore tout.

Vous vous sentirez plus léger.

Vous vous sentirez compris, écouté.

Et je peux vous garantir que cela compte.

Sortir de sa tête

Faire une thérapie vous permettra aussi de :

Sortir de votre tête et de vos pensées.

Trop de choses se passent là-haut !

C’est d’ailleurs pour ça que vous avez de l’anxiété.

Une anxiété sociale qui vous handicape au quotidien.

Il est temps de sortir de cette boucle.

Pour exprimer ses émotions et les comprendre.

Et c’est ce que vous parviendrez à faire.

Imaginez rester dans votre tête tout le temps.

L’inquiétude se développe.

L’anxiété aussi, au fil du temps.

Il faut sortir de ce cycle et s’exprimer.

Pour peut-être aussi avoir un avis extérieur.

Personne ne verra votre situation comme vous.

Changer de perspective vous sera d’une grande aide. 

b – Les thérapies cognitivo-comportementales

Le deuxième type de thérapie que je conseille est la :

Thérapie cognitivo-comportementale.

Et oui, même si parcellaire, elle vous aidera.

Je sais que ce n’est pas simple au début.

Les TCC sont pourtant des thérapies conseillées.

Alors oui, elles ont des points à améliorer.

Pourtant, leur principe vous apportera énormément.

Reprogrammer ses pensées.

Mais aussi reprogrammer ses comportements.

Vous aurez besoin de ces connaissances pour vous en sortir.

Autant que vous aurez besoin de travailler sur vous.

Et d’améliorer votre alimentation et votre santé.

Deux principes des TCC vous aideront notamment.

Stopper l’évitement

Les TCC vous aideront à stopper l’évitement.

Évidemment, pas en deux ou trois jours.

Pas en un coup de baguette magique.

Cela prendra du temps de le réduire.

Parce qu’il faudra désinstaller beaucoup de peurs.

Des peurs ancrées et enracinées.

Mais elle vous aidera à affronter les situations.

Les comportements d’évitement sont très fréquents.

Surtout dans le cas de la phobie sociale.

L’exposition graduelle est une méthode de TCC.

Qui implique l’exposition aux situations redoutées.

Mais de façon graduelle et progressive, retenez bien cela.  

Reprogrammer ses pensées

Les TCC vous aideront aussi à :

Reprogrammer certaines de vos pensées.

Les pensées anxieuses qui vous angoissent.

Les croyances limitantes qui vous stoppent.

On manque souvent de méthodes pour le faire.

C’est là que vous aurez de nombreux bénéfices.

En reprogrammant vos pensées, vous réduirez votre anxiété.

Ce qui vous aidera à affronter les situations.

Et donc à réduire vos conduites d’évitement.

Il est donc important d’appliquer ces méthodes.

Ils font parti de la solution pour vaincre l’anxiété sociale.

Quelle autre solution existe finalement ?

Et bien, combiner cela au développement personnel. 

anxiété-sociale-solution

Quelle solution pour vaincre l’anxiété sociale ?

Miser sur le développement personnel peut aider.

Miser sur les thérapies pourra compléter.

C’est en combinant les deux que vous avancerez.

Si vous voulez aller plus loin, voici un cadeau.

Une heure de formation offerte pour l’anxiété sociale.

Si vous voulez avancer, c’est juste ici