Comment changer son alimentation ?

Pourquoi d’ailleurs vouloir le faire ?

Si vous souffrez d’anxiété, alors :

Vous comprenez peut-être son importance.

L’hygiène de vie est clé dans la santé mentale.

Elle l’est évidemment aussi pour la santé physique.

Mais les habitudes sont parfois difficiles à changer…

Et nous devons en payer les conséquences.

Notre santé se détériore et notre anxiété peut augmenter.

Il est donc temps de changer cela.

Découvrez justement dans cet article : 

  • Pourquoi faut-il changer son alimentation
  • 2 blocages qui nous empêchent de la modifier
  • 5 clés pour changer son alimentation 

Pourquoi changer son alimentation 

Pourquoi changer son alimentation ?

C’est une bonne question car…

Il nous faut trouver une raison suffisante.

Nos habitudes ont souvent la vie dure et :

Si nous voulons les modifier, nous devons voir qu’il y a un problème.

Sinon, impossible de changer quoi que ce soit.

Alors, peut-être que vous avez une bonne alimentation.

Que vous mangez des légumes, des bonnes graisses, etc.

Dans ce cas-là, cet article vous aidera tout de même.

Mais dans la plupart des cas, personne n’est parfait.

Moi-même je ne le suis pas.

Alors je vous conseillerais en toute transparence.

L’important est de faire de son mieux.

Et de toujours chercher à s’améliorer.

Votre capital santé ne pourra qu’être meilleur. 

Une santé physique déréglée

La première conséquence d’une mauvaise alimentation est :

Un dérèglement de notre santé physique.

Même si nous voulons l’éviter, cela arrivera.

En tout cas, si nous avons une mauvaise alimentation.

Que l’on mange dans des fast-food chaque jour.

Ou que l’on mange du sucre et des glucides constamment.

Là, notre corps commencera à dysfonctionner.

On aura du mal à digérer, à fonctionner.

Il y aura aussi une perte d’énergie, de vitalité.

Souvent, on peut même souffrir de “fatigue chronique”.

Et beaucoup d’autres conséquences néfastes.

Il faut réagir et prendre soin de soi.

Car la santé est très importante et vitale.

Littéralement, nous verrons donc comment l’améliorer. 

Une santé mentale affectée

La deuxième conséquence d’une mauvaise alimentation est :

Un dérèglement de notre santé mentale également.

Et oui, le mental et les émotions trinquent aussi.

Quand notre alimentation est mauvaise, tout est affecté.

sante-mentale

Notre anxiété est plus élevée que d’habitude.

On se sent plus irritable, on démarre au quart de tour.

On se sent plus stressé, moins apaisé.

Et puis on réagit différemment de d’habitude.

Cela est dû aussi à notre alimentation.

Notre ventre est notre deuxième cerveau !

Alors adopter une alimentation saine et équilibrée :

Ne peut que l’aider à mieux fonctionner.

Parce qu’il est très relié à nos émotions.

Plus on mange mal, plus on se sent mal.

Et plus on mange bien, plus on se sent bien.

Même si le changement est parfois complexe à opérer. 

Comment changer son alimentation

Comment donc changer son alimentation ?

Maintenant que l’on sait que c’est important ?

En réalité, ce n’est pas toujours si simple.

Beaucoup d’éléments entrent en compte.

On a souvent des résistances, des blocages.

Ou juste des difficultés à opérer ce changement.

Et c’est normal, parce qu’on combat des habitudes.

Par définition, les habitudes sont stables, ancrées.

Il est donc difficile de les déloger.

Si nous n’avons pas la bonne méthode.

Il faut donc faire avec ces obstacles et résistances.

Car c’est en les dépassant que l’on comprendra :

Comment changer notre alimentation.

Il y a souvent 2 obstacles sur notre chemin.

Obstacle n°1 : nos émotions

Le premier obstacle est nos émotions.

Et oui, on parle d’ailleurs souvent de “nourriture émotionnelle”.

C’est-à-dire que quand nous avons des émotions négatives :

Nous avons tendance à manger pour les diminuer.

Manger du sucre par exemple lorsqu’on est triste.

Ou lorsque l’on est stressé, ou anxieux.

anxiete-pensees-negatives

Malheureusement, cela n’aide pas forcément.

Du moins, cela n’aide que sur le court-terme.

Tout en se transformant en mauvaise habitude.

Nos émotions peuvent donc parfois être un obstacle.

Même si l’on veut réellement changer les choses.

Quelles émotions ont tendance à vous barrer la route ?

La tristesse, la colère, la frustration ?

Ou alors l’anxiété, le stress, l’inquiétude ?

Il est important de les repérer.  

Obstacle n°2 : nos habitudes 

Le second obstacle est la force de nos habitudes.

Et oui, nos habitudes sont parfois tenaces.

Elles deviennent même des automatismes.

C’est le cas par exemple du sucre qui…

En fait est une addiction, plus qu’une habitude.

L’addiction au sucre est en effet réelle.

On en souffre tous et toutes, à des degrés différents.

Mais aujourd’hui, notre société est régie par le sucre.

On en trouve partout, et beaucoup trop facilement.

Si bien qu’on n’arrive plus à arrêter.

Sauf que cette habitude est néfaste pour la santé :

Elle impactera d’ailleurs aussi nos niveaux d’anxiété.

C’est une sorte de cercle vicieux :

On mange parce qu’on est anxieux.

Ce qui nous rend encore plus anxieux par la suite.

Voyons comment sortir de ce cycle en 5 clés pour vous aider. 

1 – Identifier ses mauvaises habitudes

La première clé pour changer son alimentation est :

D’identifier ses mauvaises habitudes.

Et oui avant toute chose, il faut connaître les bases.

D’où l’on part pour savoir où on va.

Votre objectif est-il d’améliorer votre santé ?

De réduire votre anxiété et votre stress ?

Ou d’allier les deux ?

Il est d’abord important d’établir votre objectif.

Mais également, d’identifier vos mauvaises habitudes.

Celles qu’il faudra modifier pour améliorer votre alimentation.

Mais il est important aussi de voir le positif.

De repérer vos bonnes habitudes également.

Quelles sont les choses positives que vous faites ?

Est-ce que vous vous buvez assez d’eau ?

Que vous consommez peu de sodas ou de boissons sucrées ?

Que vous consommez plus de légumes, de fibres ?

Il y a aussi des choses que vous faites bien.

Et il faut les reconnaître. 

Quelles sont les habitudes néfastes ? 

Après ce petit état des lieux :

Il faut alors jeter un œil aux mauvaises habitudes.

Certaines choses peuvent en effet être améliorées.

Evidemment, cela ne veut pas dire que vous faites tout mal.

Il faut juste prendre conscience de ce qui peut être amélioré.

Est-ce que vous mangez peut-être trop de sucre ?

De glucides, comme le pain, les pâtes, les céréales par exemple ?

Mangez-vous souvent dans les fast-food ?

alimentation-fast-food

Avez-vous tendance à commander au lieu de cuisiner ?

Ce sont de petites habitudes qui…

Si vous ne les faites pas souvent, n’auront pas d’impact.

Si ce n’est qu’une fois, ça va.

Mais lorsque vous les répétez pendant plusieurs semaines, mois…

Voire même des années, auront un réel impact.

Quelles sont vos habitudes néfastes ? 

Quels sont les déclencheurs ? 

Au-delà des habitudes néfastes, il y a aussi :

Les éléments déclencheurs de ces habitudes.

Vous mangez peut-être du sucre quand vous êtes stressés.

Ou des glucides quand vous êtes triste ou déprimé.

Il est important de repérer ce type de déclencheurs.

Les déclencheurs peuvent être des émotions.

Ou alors des lieux, des situations.

Quand vous vous rendez proche d’un restaurant par exemple.

Vous pouvez avoir envie d’acheter de la nourriture.

Mais ce n’est pas forcément émotionnel.

C’est un déclencheur situationnel.

Nous avons beaucoup de déclencheurs de ce type.

Or, il est important de les repérer.

Car cela vous aidera à mieux comprendre vos mauvaises habitudes. 

2 – Avoir de petits objectifs réalistes

La deuxième clé pour changer son alimentation est :

De fixer de petits objectifs réalistes.

Et oui, même si nous désirons de grands changements…

Il nous faut commencer par de petits.

Comme on dit, Rome ne s’est pas construite en un jour !

Alors si vous voulez vous défaire de vos habitudes néfastes :

Vous devrez fixer de petits objectifs au début.

Si vous fixez de grands objectifs :

Vous risquez de vous sentir en échec.

Par exemple, si vous vous fixez d’arrêter le sucre…

Totalement d’ici la semaine prochaine.

Alors que vous en consommez trois fois par jour.

Cela va évidemment s’avérer compliqué.

Et vous aurez l’impression d’échouer alors qu’en fait :

Votre objectif en soi, a été mal fixé.

Il faut donc opter pour de petits objectifs.

De petits changements graduels

L’objectif est en effet de s’améliorer graduellement.

Par exemple, si vous voulez réduire votre consommation de sucre.

Il faudra peut-être d’abord réduire les boissons sucrées.

Les remplacer par de l’eau, ou des boissons sans sucre.

Pour ensuite réduire la consommation de gâteaux.

Puis par la suite de pain, pâtes ou accompagnements.

Le but est d’y aller progressivement.

Car tout changement oppose souvent à des résistances.

Alors prenez votre temps, fixez de petits objectifs.

Et évidemment, il faut y aller graduellement.

evolution-graduelle

Rien ne sert de brûler les étapes !

Les petits changements seront plus durables…

Parce qu’ils ont été installés progressivement.

Alors que les gros changements peuvent être instables.

Car ils nécessitent de grandes adaptations.

Penser à des objectifs réalistes 

Parfois aussi, nous voulons être trop ambitieux.

Nous fixons des objectifs bien trop élevés.

Et c’est compréhensible parce que…

Nous voulons nous améliorer.

Peut-être que notre mauvaise alimentation impacte notre santé.

Que cela impacte aussi notre anxiété.

Alors oui, ce changement est important pour nous.

Mais parfois, nous voulons tout changer en même temps.

On veut arrêter le sucre, arrêter la viande…

Mais aussi manger du poisson, et plus de légumes.

Comment mettre en place tous ces changements en même temps ?

Tout cela est compliqué !

Il est donc conseillé d’y aller progressivement.

Un changement à la fois.

Pour ne pas avoir l’impression que c’est trop.

Ou que vous ne pouvez pas y arriver.   

3 – Modifier son environnement 

La troisième clé pour changer son alimentation est :

De modifier votre environnement.

Et oui, l’environnement est très important.

Surtout lorsque l’on veut changer d’habitudes.

Pas seulement d’habitudes alimentaires.

Si vous voulez arrêter le sucre par exemple et que :

Chez vous, vous avez des paquets de gâteaux partout.

Du sucre dans chaque recoin.

Et que vous continuez à en acheter.

Changer sera évidemment bien compliqué.

Il est important d’avoir un environnement propice au changement.

Si vous voulez arrêter de fumer par exemple.

(Je prends un exemple différent de l’alimentaire)

Il faudra peut-être éviter de voir des amis qui, eux, fument.

Parce que cela agira sûrement comme un déclencheur.

Il faut donc transformer son environnement.  

Faire le tri chez soi

Cela commence donc par faire le tri.

Regardez ce que l’on a chez soi qui…

A tendance à entretenir nos mauvaises habitudes.

Ces paquets de gâteaux rangés dans les placards.

Ces boissons sucrées en réserve.

Que l’on a tendance à ressortir très facilement…

Et oui, il va falloir faire le tri.

faire-le-tri-anxiete

Si vous voulez réellement changer.

Cependant, il faut aussi noter quelque chose.

Quand je parle de changer, cela ne veut pas dire supprimer.

Mais cela veut dire remplacer par de meilleures alternatives.

Si vous arrêtez les gâteaux par exemple :

Vous pouvez les remplacer par d’autres choses.

Des noix, des chips de légumes, etc.

Le but n’est pas juste de supprimer et puis finalement…

De ressentir une sorte de vide, ou de manque.

Il faut remplacer dans l’idéal par de meilleurs choix. 

S’entourer de positif pour s’encourager

Et sur ce chemin-là qui n’est pas toujours simple :

Vous aurez aussi besoin de vous entourer de positif.

De partager votre effort pour changer avec votre entourage.

Alors certaines personnes réagiront bien.

D’autres se demanderont pourquoi vous le faites.

Parce qu’eux-mêmes ne le font pas.

Laissez tout cela de côté, ce n’est pas grave.

Tracez votre route vers la santé physique et mentale.

Entourez-vous de personnes bienveillantes et encourageantes.

Qui comprennent que vous voulez vous améliorer.

Ces personnes vous seront d’une grande aide aussi.

D’autant plus lorsque vous serez en difficulté.

Prenez le temps qu’il vous faudra. 

4 – Faire preuve d’indulgence envers vous-même

La quatrième clé pour changer son alimentation est :

De toujours faire preuve d’indulgence.

On se tape sur les doigts trop facilement, je trouve !

Et moi-même je le fais parfois, sans m’en rendre compte.

Il faut remettre la bienveillance au centre.

Pas seulement la bienveillance avec les autres…

Mais aussi la bienveillance envers soi-même.

Vous faites de votre mieux.

Il n’est pas forcément facile de changer.

Alors vous faites des efforts et oui :

Parfois, tout n’est pas parfait.

Ou vous n’atteignez pas les objectifs voulus.

Vous avancez peut-être plus lentement.

Ce n’est pas grave, tant que vous avancez.

Ou qu’au moins vous essayez.

Je vous garantis que c’est déjà beaucoup. 

Les erreurs ne sont pas grave

Et si vous faites des erreurs sur le chemin :

Ce n’est pas grave !

Si vous mangez un gâteau alors que vous voulez arrêter :

Cela ne va pas tout ruiner.

De toute façon, vous en mangez moins qu’avant.

Donc c’est déjà une voiture.

Alors oui, ce n’était pas l’objectif.

Mais cela arrive, et il faut aussi être flexible.

Parfois, vous pouvez aussi vous accorder des pauses.

Le but n’est pas d’avoir un régime alimentaire draconien.

Il faut aussi tenir sur le long-terme.

Ce qui est plus compliqué quand on se sent frustré.

Donc il est préférable de faire un rééquilibrage alimentaire :

Plutôt que de faire un régime draconien.

Soyez indulgents avec vous-même ! 

Des habitudes ancrées

Il faut en effet rappeler que ce sont des habitudes.

Et les habitudes sont ancrées, souvent enracinées.

Il faut donc du temps pour les désinstaller.

Cela ne se fera pas du jour au lendemain.

Mais ça ne veut pas dire que c’est impossible.

Juste qu’il faudra être patient-e.

Vous faites de votre mieux alors continuez.

Changer son alimentation est une course de fond.

Pas une course de vitesse !

Alors il faut fixer des objectifs que l’on peut tenir.

Pour stabiliser son alimentation sur le long-terme.

Patience et persévérance, comme je dis toujours !

Ce n’est pas simple, mais vous le faites pour vous.

Pour votre santé et l’amélioration de votre énergie.

Mais aussi pour réduire l’anxiété que vous ressentez.

Alors à vous de jouer !

changer-son-alimentation

Comment changer son alimentation ?

Il faut prendre conscience de certains obstacles.

Mais aussi des conséquences de notre alimentation.

Suivez donc ces quelques conseils.

Si vous souffrez d’anxiété, voici un guide offert, juste ici