Comment combattre l’anxiété sociale ? Est-ce même possible ? J’ai moi-même souffert d’anxiété sociale alors… Croyez-moi, je comprends ce que vous vivez ! Ces peurs quotidiennes et handicapantes… Mais surtout cette impression de passer à côté de sa vie, d’avoir peur des autres constamment… Si bien que l’on ne peut plus créer des relations, ou alors on en crée, mais sans réussir à les maintenir… Et oui, tout cela n’est pas simple du tout. Et dans cet article, vous allez justement découvrir : 

  • Pourquoi vous souffrez d’anxiété sociale
  • Les 2 éléments qu’il faudra combattre pour vous en sortir
  • Les 4 étapes à suivre pour sortir gagnant-e

Pourquoi vous souffrez d’anxiété sociale

Avant toute chose, la première étape reste de déterminer si vous souffrez d’anxiété sociale. Evidemment, pour cela, il y aura certains signes. Il y aura alors la peur d’être le centre de l’attention, la peur d’être remarqué, d’être observé par les autres, mais aussi la peur de regarder dans les yeux. Il y aura aussi la peur intense et phobique du regard des autres. Ces signes peuvent indiquer une anxiété sociale.

Mais pour le savoir, vous devrez vous faire diagnostiquer. Et pour cela, il vous faudra consulter un professionnel de santé. Cependant, au-delà de ces signes-là, il y a aussi la genèse. Il est important de savoir d’où vient votre trouble anxieux. Comment s’est en effet développée votre anxiété sociale ? Il peut aussi être utile de regarder de ce côté-là. Souvent deux éléments, deux éléments expliquent une anxiété sociale

Terrain anxieux préalable

L’un des éléments pouvant contribuer à une anxiété sociale est le fait d’avoir déjà, à la base, un terrain anxieux. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Et bien, un terrain anxieux préalable, cela veut dire que vous avez peut-être certains traits de personnalité. Peut-être que vous êtes anxieux depuis petit, que vous avez toujours eu un tempérament inquiet, que vous étiez un enfant peu confiant, ou encore que vous aviez énormément besoin des autres.

Cette dépendance envers d’autres personnes peut vous fragiliser. Et faire que vous n’aurez pas confiance en vos propres capacités. Par exemple, confiance en vos capacités de gestion émotionnelle. Il est donc nécessaire de regarder de ce côté-là. Et se demander si vous n’aviez pas quelques éléments de ce type. 

Expériences de vie déterminantes

Un autre élément contribuant à l’anxiété sociale est le fait d’avoir eu des expériences de vie fragilisantes. Et oui, l’anxiété sociale ne s’installe pas seule. Si elle est certes en interaction avec un terrain anxieux préalable…Elle interagit aussi, et surtout, avec votre vécu particulier. Les situations que vous avez rencontrées. Les obstacles que vous avez dû surmonter. Ou que vous n’avez justement pas réussi à dépasser.

Certaines expériences de vie peuvent vous fragiliser. En ce sens, elles accentuent alors votre anxiété. Vous vous rendrez alors compte que vous n’arrivez pas à gérer. Et votre anxiété augmentera alors de plus de plus. Et malheureusement, vous ne saurez pas toujours comment vous en sortir. Alors oui, ces expériences de vie peuvent vous affecter… Et contribuer au développement d’une anxiété sociale. Mais encore une fois, ce ne sont que deux facteurs ! Il peut y en avoir beaucoup d’autres. 

Comment combattre l’anxiété sociale

Si vous souffrez alors d’anxiété sociale, comment faire pour vous en sortir ? C’est une question que je me suis moi-même posée, car j’ai effectivement longtemps souffert de phobie sociale, qui est un autre nom pour désigner l’anxiété sociale. J’avais alors si peur de communiquer avec les autres, peur d’être en leur présence, sous leur regard. J’avais ce poids constant sur mes épaules qui me pesait.

combattre-anxiété-sociale

Et j’avais l’impression que je ne m’en sortirais jamais… Aujourd’hui, quand je regarde en arrière… Je peux vous dire que je suis très reconnaissante d’avoir pu m’en sortir. Et c’est pour cela que je veux vous aider aujourd’hui. Si vous souhaitez combattre l’anxiété sociale… Il va vous falloir vous concentrer sur certaines choses. Notamment 2 éléments, qui sont les plus importants. 

Combattre des peurs ciblées

Combattre l’anxiété sociale, ce sera aussi devoir affronter des peurs très ciblées. Souffrir d’anxiété sociale, c’est en effet souffrir de la peur aiguë du regard des autres, de la peur de regarder dans les yeux, mais aussi de la peur d’être le centre de l’attention, d’être remarqué ou encore observé par les autres. Parfois même, de livrer ses sentiments intimes.

Toutes ces peurs-là sont finalement reliées aux autres. Et il peut, en effet, être compliqué de s’en libérer. Pourtant, cette étape-là est nécessaire. Il est important de vaincre l’anxiété sociale sans gérer ce type de peurs ! Alors certes, ce sont des peurs très ciblées. Et oui, ce sont des peurs très tenaces. Mais il faudra vous y atteler. 

Combattre des schémas de pensée

Combattre l’anxiété sociale, c’est aussi se heurter à certains schémas de pensée. Et oui, les peurs ciblées se basent aussi sur des pensées. C’est ce qu’on appelle les pensées dysfonctionnelles. Lorsque vous avons des pensées négatives… Elles affectent à leur tour nos émotions ressenties.

Mais dans le cas de l’anxiété sociale, il est clair qu’… On ne choisit pas consciemment de penser cela. On souffre surtout de pensées assez automatiques, qui activent nos peurs constamment. Et cela, sans que nous nous en rendions compte. Ces pensées nous font avoir peur des autres au quotidien. Afin de vaincre l’anxiété sociale : Il nous faudra donc travailler à déconstruire ces schémas de pensée. Pour vous aider à atteindre cet objectif… Voici déjà 4 étapes pour combattre l’anxiété sociale. 

1 – Miser sur la pratique sportive

La première étape pour combattre l’anxiété sociale est de miser sur une pratique sportive régulière. Et oui, le sport est un allié naturel pour diminuer l’anxiété. Il aide aussi à améliorer la santé, qu’elle soit mentale ou physique. Alors pourquoi ne pas l’utiliser à votre avantage ? L’anxiété sociale peut provoquer des effets négatifs, comme l’isolement, la déprime, la dépression, ou encore la mise en place de comportements à risque.

Ces comportements peuvent lourdement impacter votre santé. Autant sur le plan physique, que psychique. Et le sport peut être un allié pour lutter contre tout cela, à lutter contre la dépression et les comportements néfastes. Miser sur la pratique sportive, c’est remettre de l’ordre dans sa vie, mais aussi décider de reprendre le contrôle. Tout en réduisant l’anxiété naturellement car… Plus de sport est égal à moins d’anxiété après les séances. Alors pourquoi pas finalement ? 

Sport à la maison

Comme nous avons peur des autres d’une certaine façon… Il peut être difficile d’aller faire du sport à l’extérieur. Il peut être compliqué d’aller faire un footing, d’aller marcher, ou de faire du vélo dans des lieux avec du public. On ne se sent pas trop à l’aise et… L’anxiété nous fait avoir peur du regard des autres. Il faut donc opter pour une autre solution au départ. Et vous pouvez justement, dès aujourd’hui, faire du sport chez vous.

activité-sportive-anxiété

C’est une option à laquelle vous pourrez faire appel. Vous n’aurez ainsi pas la présence d’autrui. Vous pourrez alors faire des exercices de renforcement musculaire, ou alors du cardio, comme de la corde à sauter, etc. Avec ou sans matériel, à votre convenance. Et déjà, vous améliorerez pas à pas votre santé, et vous diminuerez par la même occasion votre anxiété. 

Astuces pour anxieux sociaux

Si par contre, vous voulez réellement faire du sport à l’extérieur, vous pouvez faire l’usage de certaines astuces. Des astuces que j’ai moi-même utilisées à mes débuts. Si vous voulez par exemple aller en salle de sport.. Alors oui, au départ, cela fera très peur. La présence d’autrui, le regard des autres, l’anxiété, etc… Mais vous pouvez essayer de vous y rendre en heures creuses, par exemple, tôt le matin, ou plutôt le soir, ou alors après la pause déjeuner.

Il y aura alors beaucoup moins de personnes. Et vous sentirez l’air déjà plus respirable. Cela ne veut pas dire que vous n’aurez pas d’anxiété ! Mais vous en aurez sûrement moins qu’en tant normal. Puisqu’il y a aura déjà moins de personnes. C’est une astuce que vous pouvez tester. 

2 – Transformer son alimentation

La deuxième étape pour combattre l’anxiété sociale est de transformer et d’améliorer son alimentation. Et oui, c’est une composante importante de votre vie. L’alimentation est très étroitement reliée à notre santé physique. Mais vous le verrez aussi, elle est reliée également à la santé mentale.

Lorsque nous avons une mauvaise alimentation… Nous avons souvent plus d’anxiété et d’irritabilité. Contrairement à lorsque nous mangeons sainement. L’alimentation impacte aussi notre anxiété. Et lorsque l’on souffre d’anxiété sociale… Il faut regarder son alimentation d’encore plus près. Car il y a certaines choses qui entretiennent notre anxiété. 

Quel est l’état actuel de votre alimentation ? 

La première question à se poser est donc celle-ci : Quel est l’état actuel de votre alimentation ? Avez-vous l’impression de manger sainement ? Consommez-vous assez de légumes et de fruits ? Ou avez-vous l’impression de vous laisser aller ? De consommer trop de glucides et de sucre ? Il est important de faire le point sur votre assiette.

La qualité de votre alimentation déterminera… La qualité de vos émotions, et de votre santé mentale. Si vous consommez beaucoup d’aliments néfastes… Vous aurez d’autant plus d’anxiété que vous n’en avez déjà. Et ce n’est pas ce que nous souhaitons créer ! Il est donc nécessaire de regarder notre alimentation. 

Une alimentation anti-inflammatoire 

Pour quelle alimentation faut-il alors opter ? Il peut être utile d’opter pour une alimentation anti-inflammatoire. C’est-à-dire une alimentation qui n’agressera pas votre corps, ni ne créera de réaction automatique de défense.

transformer-alimentation

En effet, beaucoup d’aliments peuvent créer en nous des inflammations. Des aliments comme le sucre par exemple, ou les glucides en tout genre. Les farines blanches notamment, qui contiennent du gluten. Si vous êtes intolérant au gluten, l’effet sera alors d’autant plus grand.

Il faut donc transformer son alimentation peu à peu. Et pour cela, vous pouvez diminuer les glucides. Vous pouvez aussi diminuer le sucre en général. Mais également consommer plus de légumes et de fibres. Tout cela dans le but d’améliorer votre santé globale. 

3 – Modeler ses croyances

La troisième étape pour combattre l’anxiété sociale est de modeler et transformer ses croyances. C’est d’ailleurs l’une des étapes les plus compliquées mais… C’est l’étape la plus importante selon moi. En effet, souffrir d’anxiété sociale c’est aussi… Souffrir d’énormément de croyances dysfonctionnelles. C’est-à-dire de croyances négatives. Et qui nous font souffrir, qui déforment la réalité. Il est nécessaire d’abord d’y jeter un œil. Car nos croyances suivent parfois certains schémas. Elles portent souvent sur des thématiques récurrentes.

reprogrammer-croyances

Il faudra en effet essayer de reprogrammer ses croyances. Et là, le travail sera d’une autre mesure ! Puisque face à des croyances ancrées et enracinées… Il faudra en effet se mettre au boulot ! 

Croyances sur les autres

Il y a en effet deux types de croyances, et le premier porte souvent sur les autres. Nous avons souvent certaines croyances concernant les autres. Alors quand nous n’avons pas d’anxiété sociale… Ces croyances sont classiques, basiques et habituelles. Mais lorsque nous souffrons d’anxiété sociale… Elles deviennent déformées, négatives et irraisonnées.

Nous pouvons penser que les autres personnes nous jugent. Qu’ils nous évaluent négativement. Ou alors que les autres sont dangereux. Ou toutes autres croyances de ce type. Ces croyances influeront alors sur votre niveau d’anxiété. De mauvaises croyances donneront beaucoup plus d’anxiété. 

Croyances sur soi-même

Le second type de croyances porte souvent sur soi. Et oui, nous avons aussi des croyances sur nous-mêmes. Nous pouvons alors penser que nous faisons mal les choses. Que nous ne sortirons jamais de ce trouble anxieux. A ce moment-là, nous doutons alors de nous-mêmes. Il nous arrive penser que nous avons un problème. Que nous sommes constamment le centre de l’attention.

Mais justement, c’est ce que l’on appelle le spotlight effect. Mais qu’est-ce que le spotlight effect ? Et bien, c’est l’impression d’avoir un projecteur braqué sur soi. Comme si nous étions sur scène, face aux autres. Sauf que ce projecteur, il n’y a que nous qui le voyons. Nous pensons alors être remarqué par chaque personne présente. Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas la réalité, et… Certaines techniques vous aideront à vous en débarrasser. 

4 – Installer des habitudes 

La quatrième étape pour combattre l’anxiété sociale est d’installer certaines habitudes de vie. Des habitudes vous permettant de vous améliorer au quotidien. Et oui, les habitudes sont clés pour toute réussite. Une habitude est une action automatique… C’est-à-dire qu’elle ne demande pas d’effort supplémentaire. Elle est devenue un schéma d’action naturel, et notre objectif est que ce schéma d’action soit positif. Puisque la même chose s’applique dans le cas de mauvaises habitudes.

installer-habitudes

Si vous installez des routines positives dans votre vie… Vous diminuerez progressivement l’anxiété que vous ressentez. D’une façon plus simple, que si vous n’aviez pas d’habitude. 

S’habituer progressivement à affronter

La première habitude qui vous sera utile est celle d’affronter les situations sociales plutôt que de les fuir. Alors oui, ce sera certainement l’une des plus difficiles à acquérir. Car nos peurs sont phobiques, et nos croyances sont tenaces. Alors la solution pour laquelle nous opterons souvent… Est de fuir les situations, et pour cause. J’étais dans la même situation il y a quelques années. Et je me souviens d’à quel point cette situation était difficile. C’est pour cela qu’il ne faut pas, juste se forcer à affronter.

Il faut évidemment travailler aussi sur ces peurs. Et essayer de diminuer l’anxiété que vous ressentez. Affaiblir ces peurs qui sont si tenaces. Sinon, vous ne pourrez pas affronter les situations. Alors au départ, vous aurez peut-être besoin de quelqu’un. D’une personne pour vous accompagner. D’un parent par exemple, pour faire face à une situation. Mais ce n’est pas grave, car vous mettez en place une action. Et cette habitude changera votre vie. 

Voir l’anxiété diminuer peu à peu 

Lorsque vous essayerez d’affronter les situations… Vous verrez un schéma récurrent se dessiner. Au début de la situation, votre anxiété sera sûrement élevée. Et oui, c’est là que vous voudrez quitter la situation. Mais, si vous restez encore un peu dans la situation… Vous verrez quelque chose survenir. Votre anxiété diminuera progressivement. Au bout de trente minutes, d’une heure… Vous verrez que vous vous sentirez mieux dans la situation. Vous vous sentirez un peu moins anxieux.

C’est le phénomène d’habituation. A force d’être dans une situation, le cerveau s’y habitue. Et votre système d’alarme commence à se calmer. Alors oui, il est difficile de persévérer jusque-là. Il vous faudra sûrement du temps, et c’est normal. Mais vous verrez que cela en vaudra la peine. Encore une fois, soyez indulgent avec vous-même ! Vous faites de votre mieux, et c’est déjà beaucoup. Pour t’aider, voici 1h de formation offerte sur la phobie sociale, juste ici.