Comment réduire son anxiété ? Bonne question, dans la mesure où l’anxiété peut gâcher notre quotidien si nous n’apprenons pas à la canaliser.

Souffrez-vous d’anxiété ? Si oui, vous comprenez sûrement l’obstacle qu’elle représente. Découvrez justement des éléments dans cet article, notamment :

  • Comment faire pour réduire votre anxiété
  • Les 5 éléments qui déclenchent l’anxiété
  • Comment déprogrammer votre anxiété

Comment réduire son anxiété

Est-ce que vous aussi, votre anxiété fait comme les montagnes russes ? Un jour, l’anxiété est basse, tout va bien et la journée se passe à merveille…

Et puis un autre jour, plus rien ne va et l’anxiété monte à des niveaux impensables comparé à la veille. Et oui, vous souffrez d’anxiété !

Un jour, tout va bien, et le jour d’après tout peut être différent : ce sont les vagues de l’anxiété. D’où la nécessité d’apprendre à les réguler.

Il n’est pas toujours facile de gérer son anxiété, car elle n’en fait qu’à sa tête ! Il existe pourtant des techniques pour le faire, et efficacement.

Souhaitez-vous donc changer votre situation ? Découvrez les 3 raisons pour lesquelles il vous faut apprendre à réduire son anxiété.

Souffrance importante

La première raison reste la souffrance importante qu’elle engendre. Qui vit de l’anxiété quotidiennement, ne s’en sort que très rarement indemne !

Comment gérer cette émotion qui n’en fait qu’à sa tête ? Il n’est pas simple de comprendre ces peurs, autant qu’il n’est pas simple de les réduire.

Il faut travailler sur soi-même, s’investir sur la durée, persévérer malgré les difficultés… La souffrance qu’elle engendre n’est pas simple à canaliser.

Dans le cas de troubles comme l’anxiété généralisée par exemple, l’anxiété est quotidienne, constante, et survient sans raison, de manière continue.

Imaginez vivre une anxiété aussi élevée en continu ! C’est éreintant, et en plus, difficile à gérer. D’où la nécessité d’apprendre comment s’améliorer.

Besoin d’apaisement

La deuxième raison reste le besoin d’apaisement. Quand toutes nos émotions se déchaînent, il est normal d’avoir besoin d’une pause.

Vous méritez d’ailleurs de vous sentir en paix avec vous-même ! Vous méritez ce droit. Mais cela passe par la mise en place d’actions.

Par exemple, lire des libres de développement personnel pourra vous aider à avancer. C’est en apprenant à vous connaître que vous progresserez.

Comment gérer des émotions que l’on ne comprend pas ? Il nous faut d’abord les comprendre pour ensuite les appréhender.

Si vous avez besoin de vous sentir plus apaisé-e au quotidien, ne vous inquiétez pas : c’est normal. Et vous atteindrez ce résultat.

Recherche d’équilibre

La troisième raison reste aussi la recherche d’équilibre. Au-delà de la souffrance vécue, c’est aussi une vie différente que l’on veut avoir.

Fini les vagues intempestives de l’anxiété ! Et bienvenue à l’équilibre, la modération, et à des émotions beaucoup plus régulées et vivables.

Car c’est ces modifications constantes de notre anxiété qui nous fatiguent également ! Il faut réguler cette émotion faite de craintes et de peurs.

Si vous vous voulez vous sentir plus équilibré-e et en phase avec la vie que vous souhaitez créer : vous avez raison ! Vous parviendrez à ce résultat.

Cependant, l’équilibre doit être poursuivi chaque jour pour être atteint. Alors préparez-vous ! Voici déjà deux étapes pour vous y aider.

comment-reduire-anxiete

Déterminez vos déclencheurs

La première étape pour parvenir à réduire son anxiété, reste d’être conscient de ce qui la déclenche. Car il existe en effet des déclencheurs.

Selon les personnes, ils seront évidemment différents. Une personne deviendra anxieuse à cause d’un élément, alors qu’une autre non.

Quels éléments ont tendance à déclencher votre anxiété ? Est-ce que ce sont des situations ? Un état dans lequel vous vous trouvez ? Une conversation ?

Beaucoup d’éléments diverses peuvent déclencher en nous une réponse anxieuse, voire même parfois déclencher une crise d’angoisse.

Il est donc important de repérer quels sont vos propres déclencheurs, pour ensuite apprendre à mieux les réguler. Voici d’ailleurs 5 déclencheurs.

1 – La fatigue accumulée

L’un des déclencheurs les plus fréquents, reste l’état de fatigue est ce qu’il induit. Une fatigue physique, mais qui peut aussi être psychologique.

Quand notre épuisement devient moral et émotionnel, l’anxiété peut alors faire son nid et monter en puissance. Tout peut alors se déclencher.

Il suffit parfois de manquer de sommeil, d’accumuler les nuits courtes pendant des jours ou semaines, pour se sentir beaucoup plus irritable.

Lorsqu’on manque de sommeil, il est d’ailleurs beaucoup plus aisé d’être colérique, irritable, anxieux, stressé, ou toute autre émotion négative.

Si vous voulez être équilibré, il vous faut une quantité de sommeil adéquate, et c’est aussi par là que vous réduirez votre anxiété.

2 – Les difficultés rencontrées

Un autre déclencheur fréquent du sentiment d’anxiété, reste la rencontre avec de nombreuses difficultés. La vie n’est en effet pas toujours facile.

Parfois, plusieurs obstacles peuvent se rencontrer au même moment, nous laissant ainsi démunis face à des difficultés qui nous dépassent.

Ce n’est pas facile, et comme nos capacités adaptatives sont dépassés, l’anxiété peut alors se déclencheur. Est-ce que cela vous est déjà arrivé ?

Personnellement, j’ai déjà eu ça, et ce n’est pas facile ! Mais d’un autre côté, la vie est aussi faite de choses comme ça, de positif et de négatif.

Il faut apprécier les bons moments de la vie, tout en traversant les moins bons avec patience, en sachant que les choses vont s’améliorer.

3 – La pression ressentie

L’un des déclencheurs fréquents d’une anxiété importante, reste aussi la perception d’une pression trop importante. Pression de performer ?

Au quotidien, il peut en effet exister une pression inconsciente. Chacun des rôles que l’on remplit vient avec une pression et une responsabilité.

Par exemple, être parent peut conduire à ressentir une pression, car nous devons assurer l’avenir de nos enfants, les nourrir et en prendre soin.

Aussi, l’un des domaines générateur d’anxiété reste le travail. Il existe très souvent une pression de performer, d’atteindre un résultat défini.

pression-anxiete

Et souvent en un minimum de temps, ou dans un temps défini anxiogène. Le stress au travail est donc bel et bien un enjeu réel ! Il faut s’en libérer.

4 – Le manque d’anticipation

Un autre déclencheur fréquent d’anxiété, est le manque d’anticipation. Comment gérer un événement ou problème que l’on n’a pas prévu ?

Souvent, cela peut en effet dépasser nos capacités. Par exemple, si vous n’anticipez pas un examen ou ne préparez pas un entretien important.

Si le travail devait se faire en amont et il y a plusieurs mois, vous ne pourrez pas rattraper cela. D’où l’augmentation brutale de l’anxiété.

Plus vous aurez de situations que vous n’aurez pas anticipé, et que vous n’arriverez pas à gérer, et plus vous ressentirez de l’anxiété.

D’où l’importance d’anticiper et de s’organiser à l’avance, pour éviter une hausse d’anxiété soudaine. Il vous faut préserver vos émotions !

5 – Les remises en question

L’un des déclencheurs fréquents d’une anxiété importante, reste aussi les questionnements et réflexions. Ce n’est pourtant pas facile à empêcher !

Plus nous cherchons des problèmes à résoudre, et plus nous en trouverons. Réfléchir trop longtemps n’est pas toujours une bonne idée…

Si vous ruminez par exemple sur une situation que vous avez vécu dans la journée, vous rajouterez sûrement des émotions négatives ou autre chose.

Ce sont tous ces ressentis négatifs qui risquent de se transformer en inquiétudes grandissantes, puis en anxiété ou angoisse. Attention !

Essayez donc de limiter ces moments où vous remettez en question toute votre vie, même si je sais que ce n’est pas facile. Cela s’améliorera.:)

2 – Déprogrammez votre anxiété

La deuxième étape pour parvenir à réduire son anxiété, reste de déprogrammer notre réponse automatique à ces déclencheurs.

Comme ça, cela peut paraître difficile, mais je vous garantis qu’il suffit juste d’un peu de stratégie. Et d’une amorce de plan pour y parvenir.

Si vous n’êtes pas conscients des mécanismes qui conduisent à votre anxiété, vous pourrez en effet pas la réduire ni l’apaiser.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur les déclencheurs fréquents d’anxiété, il vous faut trouver comment les déprogrammer pas à pas.

Car c’est en prévenant leur déclenchement, que ces éléments n’affecteront plus autant votre anxiété. Voici donc quelques clés pour vous aider.

Solution n°1 : préserver son sommeil

Si votre anxiété est déclenchée par une fatigue accumulée, la solution reste d’installer une meilleure routine de sommeil. Et de se coucher plus tôt !

Je sais que ce n’est pas forcément facile, parce que nous avons tous beaucoup d’occupations. Des études, un travail, des activités…

Il est parfois difficile d’installer une vrai routine de sommeil stable, à suivre chaque jour. Tout se désorganise et notre sommeil est mis à la trappe !

Il faut remettre l’importance du sommeil au centre. Si vous ne dormez pas assez, votre corps et votre mental ne pourront pas assez récupérer.

Le sommeil est nécessaire à votre santé, autant mentale que physique. Sans lui, vous serez sûrement beaucoup plus à vif, irritable et anxieux-se.

Cherchez donc à préserver votre sommeil ! Il vous aidera à affronter les obstacles du quotidien, et à avoir les ressources nécessaires pour avancer.

Solution n°2 : évoluer malgré l’adversité

Si votre anxiété est déclenchée par des difficultés que vous avez rencontrées, il est important de trouver un moyen de les traverser.

Ce n’est pas quelque chose de facile, mais un des outils qui pourra vous y aider est le développement personnel. Souvent sous la forme de livres.

Si vous n’êtes pas trop lecture, vous en trouverez aussi sous la forme de libres audios, ou alors de vidéos YouTube. A vous de décider !

Travailler sur vous-même et apprendre à vous comprendre, ne pourra vous êtes que bénéfique pour traverser les épreuves de la vie.

reduire-son-anxiete

Malgré l’adversité, il faut parfois continuer à avancer. Et si l’on échoue aujourd’hui, cela ne veut pas dire que l’on échouera à chaque fois.

Il faut toujours continuer jusqu’à s’en sortir. Ne vous inquiétez pas, si vous n’avez pas encore les ressources, vous vous renforcerez avec le temps.

Solution n°3 : enlever certaines pressions

Si votre anxiété est déclenchée par la pression exercée par votre environnement, il est important de réfléchir à ces pressions.

Certaines pressions que l’on ressent sont extérieures : par exemple, la pression d’un collègue, d’un employeur, la pression familiale…

Il est facile de ressentir une pression venant de l’extérieur et de se l’imposer : on se met la pression pour réussir, ne pas échouer, progresser…

Certaines pressions sont lourdes à porte et augmentent notre anxiété. Parfois, il faut aussi s’en libérer et seulement suivre ses propres règles.

Si vous êtes plus heureux différemment, laissez tomber la pression de votre famille et faites un choix différent. Pareil pour le choix de votre emploi.

C’est vous qui subirez les conséquences de vos choix, donc autant en faire qui vous correspondent ! Donnez-vous le temps de comprendre lesquels.

Solution n°4 : apprendre à anticiper

Si votre anxiété est déclenchée par un manque d’organisation, il est important d’apprendre la capacité d’anticipation. Elle vous sera vitale !

Moins on anticipe, et plus on est stressé. On se rend compte à la dernière minute qu’on avait ce projet à rendre, ce dossier à terminer…

Merci le stress ! Pas étonnant que notre anxiété monte en flèche. Parfois, il est utile de prendre quelques minutes pour réfléchir à ce qui nous attend.

Quels sont vos objectifs pour cette semaine ? Quelles sont les choses qui vous restent à faire ? Notez et planifiez les dates et échéances importantes.

La capacité d’anticipation est l’une des meilleures compétences que vous pourriez développer. Elle vous aidera en plus à réduire votre anxiété.

Ne tombez cependant pas dans l’extrême ! Il est inutile de tout planifier du matin jusqu’au soir, des mois à l’avance. Laissez aussi le temps au temps.

Solution n°5 : éviter certaines périodes

Si votre anxiété est déclenchée par des remises en question tardives, la première option reste d’éviter cette période pour réfléchir.

Ce n’est pas forcément facile ! Nous sommes souvent tentés de remettre notre vie en question avant d’aller dormir, au moment de nous poser.

Même si cela peut aider, le faire peut aussi réveiller vos inquiétudes. L’anxiété tardive surviendra alors, perturbant aussi votre sommeil.

Parfois, il vaut mieux réfléchir le matin, à tête reposée comme on dit. Nos pensées sont mieux formulées, tout est plus clair et moins embué.

Si vous le pouvez, choisissez une période autre pour vous remettre en question. Cela vous évitera de ressentir de l’anxiété avant de dormir.

Et vos réflexions seront bien plus constructives également ! Car vous sortirez reposé grâce à une bonne nuit de sommeil ressourçante.

anxiete-la-nuit

Comment réduire son anxiété ? La stratégie consiste d’abord à repérer les déclencheurs de votre anxiété, pour ensuite les solutionner un à un.

Soyez patient-e ! Il faut appliquer ces méthodes sur le durée. Si vous souffrez d’anxiété, voici en bonus un guide offert, à retrouver juste ici.