Qu’est-ce que le trouble panique ? 

Rien que le mot peut nous faire peur. 

Paniquer n’est pas un sentiment agréable ni souhaité. 

Pourtant, il peut nous arriver de paniquer à tous. 

Certains paniqueront une ou deux fois dans leur vie. 

D’autres paniqueront plus souvent et régulièrement. 

C’est ce qu’on a tendance à appeler le trouble panique. 

Un trouble anxieux assez fréquent mais pas moins complexe. 

Des crises intenses et répétées en sont des signes. 

Néanmoins, les causes de ce trouble sont diverses et variées. 

Il est donc important d’en savoir plus. 

Découvrez justement dans cet article :

  • Qu’est-ce que le trouble panique
  • Qui peut en souffrir et pourquoi
  • 5 signes que vous en souffrez

Qu’est-ce que le trouble panique 

Connaissez-vous le trouble panique ? 

Ou ce nom ne vous dit rien ? 

Dans les deux cas, ne vous inquiétez pas. 

Je vais vous éclairer sur le sujet. 

Les troubles anxieux ne sont pas si simples. 

Tout le monde vit de l’anxiété ou des moments de panique. 

Il suffit parfois de faire face à des situations inattendues. 

D’être à cran pendant une période spécifique. 

De se sentir plus fatigué depuis quelque temps. 

Et hop, l’angoisse monte pendant un instant. 

Et nous pouvons déclencher une crise d’angoisse. 

C’est sur ces crises que repose le trouble panique. 

Cependant, il existe des différences entre crises et troubles. 

A quoi ressemble la vie d’une personne qui : 

Souffre de crises d’angoisses occasionnelles. 

Et à quoi ressemble la vie d’une personne qui : 

Souffre d’un trouble panique. 

Découvrez justement les différences.

Votre vie si vous avez des crises occasionnelles

Souffrez-vous de crises d’angoisses occasionnelles ? 

Qu’est-ce qu’une crise d’angoisse d’ailleurs ? 

Une crise d’angoisse est un moment soudain de peur. 

Les symptômes physiques augmentent brutalement. 

Nous avons l’impression de perdre le contrôle. 

Tout va très vite et ce n’est pas facile à vivre.

Cependant elles peuvent être occasionnelles. 

C’est-à-dire survenir une fois de temps en temps. 

Peut-être chaque mois ou quelques fois. 

Mais elles ne sont pas régulières ou automatiques. 

Même si elles peuvent évidemment vous impacter. 

Vous avez une peur légère de les voir se reproduire. 

Mais cela ne gâche pas votre quotidien. 

L’anxiété peut être présente mais elle est modérée. 

Vous savez que vous pouvez avoir des crises d’angoisses. 

Mais la situation est à peu près sous contrôle. 

Dans le sens où ces crises ne sont pas quotidiennes. 

Est-ce que vous vous retrouvez dans ce cas ?

Votre vie si vous avez un trouble panique

Souffrez-vous de crises d’angoisses régulières ? 

Peut-être qu’à l’inverse, les crises sont régulières. 

Votre qualité de vie en est altérée. 

Vous avez peur qu’elles se reproduisent. 

Et plus rien n’est normal depuis que vous en souffrez. 

C’est comme si votre monde s’était retourné. 

Il y a une impression de perte de contrôle. 

Et les crises sont anarchiques. 

Elles peuvent survenir à tout moment. 

qu-est-ce-trouble-panique

Tout cela est relié au trouble panique. 

Les crises peuvent être quotidiennes, régulières. 

Et puis elles sont trop intenses, incontrôlables. 

Si la situation est comme cela, alors prenez un instant. 

Vous aurez sûrement besoin d’une aide. 

L’aide d’un professionnel extérieur pour les apaiser. 

Vous retrouvez-vous dans ce cas ? 

Plus que dans le second ? 

Dans ce cas-là vous savez quoi faire. 

Déterminons déjà qui peut en souffrir.

Qui peut en souffrir et pourquoi

Certaines personnes ont plus de chance d’en souffrir. 

Pourquoi cela ? Et bien, les causes sont multiples. 

Souvent, les femmes sont plus sujettes à l’anxiété. 

Aussi, les jeunes en dessous de 25 ans. 

Sont plus sujets aux troubles panique. 

Certains troubles anxieux se retrouvent plus chez certains groupes. 

Mais ça ne veut pas dire que vous en souffrez.

Encore une fois, vous pouvez être différent de la “norme”. 

Vous n’êtes évidemment condamnés à rien. 

Il est juste important de comprendre que : 

Les jeunes et les femmes ont plus de chance d’en souffrir. 

Mais cela ne signifie rien pour vous. 

Le trouble panique a certaines causes. 

Il y a encore plus de causes que ces deux-là. 

Néanmoins, étudions les plus importantes.

Votre génétique et tempérament

L’une des causes du trouble panique est : 

Votre génétique et vos parents. 

Parfois, on peut avoir des parents déjà anxieux. 

Ou on peut être anxieux depuis longtemps. 

L’enfance joue souvent un grand rôle. 

Un enfant timide sera plus anxieux. 

Un enfant introverti aura plus de chances aussi. 

Mais encore une fois, ce n’est qu’un aspect. 

Beaucoup d’autres détermineront aussi votre anxiété. 

Mais le facteur génétique joue beaucoup. 

Dans le développement du trouble panique aussi. 

Aussi, si vous êtes quelqu’un de sensible. 

Ou que vous avez toujours eu un tempérament inquiet. 

Cela jouera aussi un rôle dans votre anxiété. 

Votre génétique vous prédispose peut-être à l’anxiété. 

Mais vous pouvez agir là-dessus ne vous inquiétez pas.

Vos expériences de vie 

Une autre cause du trouble panique est : 

Vos expériences de vie. 

Et oui, c’est ce que vous vivez qui vous impacte. 

Si vous vivez des événements de vie stressants. 

Si vous avez des traumatismes. 

Que vous vivez des situations inattendues. 

Choquantes ou violentes pour vous. 

Cela peut interagir avec votre génétique. 

Et en résultat provoquer un trouble anxieux. 

Votre tempérament interagira avec ces expériences. 

Et vous développerez peut-être de l’anxiété. 

Quand le terrain est propice, l’anxiété fait son nid. 

Encore une fois, les choses peuvent changer. 

Les causes ne déterminent pas le résultat. 

Le but est juste de comprendre le trouble panique ! 

Et vos expériences de vie peuvent y contribuer. 

Il existe aussi d’autres facteurs. 

Essayons maintenant de comprendre le trouble panique. 

Voici 5 signes que vous en souffrez peut-être.

1 – Des crises d’angoisse imprévisibles

Le premier signe d’un trouble panique est : 

Des attaques de panique soudaines. 

C’est-à-dire brutales et imprévisibles. 

En effet, difficile de les prévoir. 

Elles arrivent souvent sans crier gare. 

L’effet de surprise nous impacte d’autant plus. 

Et nous ne savons pas comment réagir. 

C’est une caractéristique des crises d’angoisses

Au-delà du trouble panique. 

Elles arrivent soudainement et nous bousculent. 

Très souvent aussi, elles nous traumatisent. 

Alors comment faire pour gérer ?

Il est important de comprendre ces crises. 

Pourquoi elles arrivent. Et comment elles se manifestent. 

Vivre une attaque de panique n’est pas facile. 

Notre monde est chamboulé en un instant. 

Il est normal de ne pas savoir quoi faire. 

C’est avec le temps que vous y arriverez. 

En comprenant mieux vos crises. 

Mais aussi ce qui les déclenche. 

Souvent, on peut repérer deux choses.

Sans cause apparente

Les attaques de panique sont souvent sans cause apparente. 

Un sentiment d’angoisse monte rapidement. 

On ne sait pas trop pourquoi ni comment. 

Et on ne sait pas quoi faire. 

On ne sait pas comment réagir. 

Parfois, tout va bien et la seconde d’après : 

Une crise d’angoisse se déclenche. 

C’est une sorte d’ennemi imprévisible. 

D’où le sentiment de panique qui en découle. 

La vérité est qu’il n’y a rien à comprendre. 

L’angoisse ne suit aucune logique compréhensible. 

Vous étiez peut-être plus fatigué. 

Vous avez moins bien mangé. Moins bien dormi. 

Et comme vous êtes anxieux en général : 

Une crise s’est peut-être déclenchée. 

Et puis, vous avez peut-être une génétique qui vous y prédispose. 

L’important est de comprendre tout cela. 

Pour comprendre ce que vous pouvez faire.

Symptômes physiques sévères

Les attaques viennent aussi souvent avec des symptômes. 

Mais pas n’importe quels symptômes ! 

Des symptômes lourds et multiples. 

Cela partira d’abord de symptômes physiques. 

Palpitations, difficultés à respirer. 

attaque-panique

Douleurs diverses, tremblements. 

Impression de tomber dans les pommes. 

Et cela sera aussi des symptômes dits cognitifs. 

Impression de perdre le contrôle. Un sentiment de panique. 

Peur d’être en train de mourir. 

Sentiment d’être détaché de soi et de la réalité. 

Ces symptômes ont tendance à se combiner. 

Ce qui rend les crises encore plus difficiles pour les personnes. 

Mais chaque personne est différente. 

Vous pouvez avoir d’autres symptômes que ceux cités. 

L’important est de comprendre qu’ils viennent de l’anxiété.

2 – Des crises d’angoisses répétitives

Le deuxième signe d’un trouble panique est : 

Des crises d’angoisses répétitives. 

C’est-à-dire que vous pouvez en avoir plusieurs. 

A la suite les unes des autres. 

Ou parfois plusieurs dans la même journée. 

Les fréquences varient car les crises sont imprévisibles. 

Dans le trouble panique, elles sont aussi répétitives. 

Fréquentes et régulières. 

Contrairement aux crises d’angoisses dites occasionnelles. 

Dans ce cas-là, elles surviennent très souvent. 

Les déclencheurs sont multiples. 

Si bien qu’on ne sait plus ce qui les déclenche. 

On a alors un trouble anxieux sévère car : 

L’anxiété et l’angoisse sont hors de contrôle. 

On peut tout de même observer quelques éléments. 

Deux éléments caractérisent ces crises.  

Crises d’angoisse répétées

D’abord, ce sont des crises d’angoisses répétées. 

C’est-à-dire qu’elles ne sont pas occasionnelles. 

Vous pouvez en avoir plusieurs dans la même journée. 

Par exemple, une en vous réveillant. 

Une le soir à la fin de votre journée. 

Il est fréquent de ressentir de l’anxiété le soir

Également d’avoir de l’anxiété la nuit

Il est possible que vous ayez aussi des troubles du sommeil. 

Le manque de sommeil vous impactera alors. 

Ce qui peut parfois déclencher des crises le matin. 

D’où la nécessité de consulter si vous en souffrez. 

Car un manque de sommeil aggravera l’anxiété. 

Parfois, vous aurez aussi plusieurs crises à la suite. 

Ou des crises espacées de quelques dizaines de minutes. 

Ou de quelques heures. 

Cela dépend de la gravité de votre trouble panique. 

Et cela ne vaut pas dans tous les cas.

Crises d’angoisse longues

Ensuite, ce sont des crises d’angoisses longues. 

Du moins la sensation qu’elles nous donne. 

Pourquoi ? Et bien parce qu’elles se répètent. 

En général, les crises durent entre 20 et 30 minutes. 

temps-dure-crise-angoisse

Parfois, elles durent moins longtemps. 

Une quinzaine de minutes. 

Dans le cas du trouble panique, elles ne durent pas des heures. 

Elles semblent durer des heures. 

Parce qu’elles surviennent en cascade. 

Une crise déclenche une autre etc. 

Plusieurs crises additionnées donnent alors des heures. 

Mais l’addition des crises. 

Et non une crise durant des heures. 

Il est important de faire la différence. 

C’est l’une des caractéristiques du trouble panique. 

3 – L’inquiétude de les voir se répéter

Le troisième signe d’un trouble panique est : L’inquiétude de les voir se répéter. 

Et oui, les crises alimentent aussi l’anxiété. 

C’est ce qu’on appelle l’anxiété d’anticipation

On a peur d’avoir peur ou du moins : 

D’avoir une nouvelle crise d’angoisse. 

En résultat, nous stressons avant même d’en avoir. 

Ce qui peut conduire à en déclencher. 

Car l’anxiété est en fait plus élevée. 

Et cela peut se transformer en une source d’inquiétude. 

Et un déclencheur aussi de crises d’angoisse. 

C’est l’un des signes du trouble panique. 

Mais cela peut aussi survenir pour les crises occasionnelles. 

Il est donc important de faire la nuance. 

Peur en anticipation des prochaines

Souffrez-vous d’anxiété d’anticipation ? 

C’est la peur d’avoir peur. 

Ici, c’est la peur de la prochaine crise. 

Quand va-t-elle survenir ? Comment vais-je réussir à gérer ? 

Il n’est pas facile de vivre avec un trouble panique.

 Il est fréquent d’avoir peur de ses crises. 

Elles nous laissent souvent abasourdis ou traumatisés. 

La peur de sa prochaine crise peut donc survenir. 

C’est une peur assez importante. 

anxiete-anticipatoire

Elle conduit souvent à des inquiétudes répétées. 

En fait, c’est la sur-anticipation des crises qui nous angoisse. 

Comme je l’ai dis, cela peut aussi augmenter l’anxiété. 

Et contribuer au déclenchement d’une nouvelle crise. 

Comprendre le mécanisme est le premier pas. 

Le second est de le désinstaller. 

Cela prendra du temps et beaucoup de patience.

Inquiétude continue et persistante

Quelles sont les caractéristiques de cette inquiétude ? 

Elle est souvent assez continue. 

C’est-à-dire qu’elle survient chaque jour. 

Et elle dure depuis au moins 1 mois en continu. 

Cette inquiétude est souvent persistante. 

Elle résiste aux rationalisations que nous pourrions faire. 

“Ce n’est rien”. 

“Aucune crise ne va se déclencher”. 

“Tout va bien”. 

Même si nous voulons y croire, l’angoisse ne nous écoute pas. 

Nous avons peur d’une nouvelle crise. 

La survenue d’une crise nous angoisse. 

Mais c’est parce que nous n’avons pas les clés. 

Nous ne savons pas comment les gérer. 

Cela s’apprend avec le temps. 

Il faut se familiariser avec les crises pour les désinstaller.

 Il existe déjà des méthodes pour prévenir une attaque de panique.

4 – Un sentiment de perte de contrôle

Le quatrième signe d’un trouble panique est : 

Un sentiment de perte de contrôle. 

Et oui, les crises ne nous laissent pas indemnes. 

Chaque crise peut être traumatique. 

Jusqu’à ce que l’on trouve comment agir. 

L’angoisse nous joue alors des tours. 

Et nous pouvons avoir l’impression de perdre le contrôle. 

Normal : c’est l’angoisse qui parle. 

Par définition, l’angoisse est illogique. 

Or, nous cherchons toujours à comprendre. 

A trouver des raisons logiques et rationnelles. 

Parfois, il n’y a ni raison ni explication. 

Vous êtes sujets à l’angoisse et il vous faut la dompter. 

Certains facteurs par contre peuvent jouer. 

Un meilleur sommeil, une meilleure alimentation. 

Tout cela peut réduire la récurrence de vos crises. 

Mais il y a souvent deux sentiments persistants.

Impression de mort imminente

D’abord, l’impression de mort imminente. 

Elle est assez récurrente dans les crises. 

Souvent, parce que nous avons des palpitations. 

Lors d’une crise d’angoisse, le cœur s’emballe. 

Si bien, que nous pensons faire une crise cardiaque. 

Dans la majorité du temps, ce n’est pas le cas. 

Si votre électrocardiogramme est normal : 

Vous faites sûrement des crises d’angoisses. 

Il faut alors apprendre à apaiser ses symptômes. 

Les crises d’angoisse ne sont pas dangereuses. 

Vous ne risquez pas de mourir. 

Juste d’être épuisé et éreinté après. 

Mais votre cerveau vous joue des tours. 

Et vous avez l’impression que vous allez mourir. 

Je vous rassure ce n’est pas le cas. 

S’en convaincre fera parti de la solution.

Déréalisation et dépersonnalisation

Ensuite, la déréalisation et la dépersonnalisation. 

Le premier semble un peu compliqué. 

C’est le détachement par rapport à la réalité. 

Rien ne semble plus réel. 

Nous nous détachons du moment. 

Le second peut aussi sembler compliqué. 

C’est le détachement de soi-même. 

Nous n’avons plus l’impression d’être connecté à nous-même. 

Ces phénomènes ont tendance à arriver. 

Ils sont reliés aux crises d’angoisses. 

Encore une fois, car il y a des symptômes physiques. 

Mais aussi des symptômes cognitifs comme ces deux-là. 

Quand la crise est trop forte, ils se déclenchent. 

Vous pouvez revenir au présent. 

Si vous appliquez les bonnes méthodes. 

Par exemple, celles pour stopper une crise d’angoisse

Dompter ces crises d’angoisse prend souvent du temps.

5 – L’évitement des lieux reliés aux crises

Le cinquième signe d’un trouble panique est : 

L’évitement des lieux reliés aux crises. 

Et oui, les crises sont souvent liées à un contexte. 

Par exemple, vous avez fait une crise dans un lieu public. 

Une place publique, un événement. 

Cela peut vous marquer sur le long-terme. 

Et en conséquence, vous éviterez ce lieu. Pourquoi ? 

Parce qu’il se rattache à des souvenirs négatifs. 

eviter-anxiete

A une attaque de panique difficile.

Au sentiment de perdre le contrôle. 

Notre esprit fait le lien entre l’émotion et le contexte. 

Si bien que l’on pense que : 

Cela ré-arrivera dans le même contexte. 

Or, chaque moment est différent. 

Et il y avait sûrement d’autres facteurs que seulement le lieu. 

De la fatigue, des événements fragilisants. 

Les choses peuvent être différentes. 

Traumatisme des crises

Il existe cependant une sorte de traumatisme. 

Chaque crise nous traumatise un peu. 

Dès la première, nous avons peur de la seconde. 

Alors quand elles se répètent : 

Il est encore plus difficile de les dépasser. 

Mais vous pouvez briser ce cycle. 

Encore faut-il d’abord en être conscient. 

D’où cet article pour vous y aider ! 

La répétition des crises est l’un des facteurs. 

L’intensité des crises également. 

Répétition et intensité interagissent. 

Ce qui rend le traumatisme plus important. 

Ce sentiment peut cependant être temporaire. 

Vous pouvez faire preuve de résilience. 

Et vous relevez, même si cela prend du temps.

Comportements d’évitement

En résultat, il y a souvent de l’évitement. 

Des situations qui nous rappellent nos crises. 

Nous faisons une liste des endroits à éviter. 

Car il nous rappelle des crises marquantes. 

Personnellement, j’évitais les événements comme les salons. 

Les lieux où il y avait beaucoup de personnes. 

Parce que j’avais peur de ré-avoir une crise. 

Mais en m’y rendant, cela ne s’est pas produit. 

Et heureusement, cela a détruit ma peur de la prochaine crise. 

Pour le trouble panique, cela prend plus de temps car : 

Les évitements sont plus nombreux. 

Il faut donc plus de temps pour désinstaller la peur. 

Mais vous pourrez le faire en vous y investissant. 

Vaincre le trouble panique est une longue route. 

Vous avez fait le premier pas aujourd’hui.


Qu’est-ce que le trouble panique ? 

C’est un trouble anxieux souvent complexe. 

Il est fait de crises d’angoisses répétitives. 

Il est important de comprendre ses signes. 

Évidemment ce n’est pas un diagnostic ! 

Ce ne sont que des éléments de détection. 

Voici une vidéo pour vous aider à comprendre vos crises. 

Et pour vous aider à les stopper, juste ici