Qu’est-ce que l’anxiété peut provoquer ? A quels types de manifestations conduit-elle ? Répondre à cette question va nous permettre de vaincre le mythe selon lequel l’anxiété serait une émotion dangereuse, qui pourrait nous mettre en danger ou nous être nuisible.

Comme toute émotion, l’anxiété a ses manifestations autant qu’elle a ses causes aussi, néanmoins en l’absence de leur connaissance, il peut nous arriver d’en avoir peur. La peur d’avoir peur… Un sacré phénomène encore une fois !

Pour détruire ces idées préconçues et parce que je veux que nous avancions ensemble, je vais vous exposer les 3 manifestations typiques de l’anxiété, pour que vous en appreniez plus sur cette émotion pour mieux en comprendre les effets.

1 – L’anxiété peut provoquer certaines émotions

La première manifestation typique de l’anxiété, sont les émotions diverses qu’elle induit, puisque certes la peur est l’émotion centrale, néanmoins d’autres émotions peuvent aussi s’y joindre dans de nombreux cas. Paul Ekman, un chercheur de renom dans le domaine des émotions, avait déjà défini les 7 émotions primaires chez tout être humain :

  • Peur : elle est l’émotion de survie par excellence
  • Surprise : elle arrive lors de situations inattendues
  • Joie : elle survient lorsque nos attentes ont été dépassées
  • Colère : elle se manifeste lorsque nous percevons une agression
  • Mépris : elle arrive lorsque l’on a peu d’estime pour une personne
  • Dégoût : quand une chose nous inspire des émotions très négatives
  • Tristesse : elle survient lorsque nos attentes ont été déçues

Ce sont les 7 émotions primaires, principales chez l’être humain. Certaines se retrouvent plus que d’autres en effet, tandis que d’autres se font plus rares. Si l’on veut parler d’anxiété, il nous faut donc faire référence à l’émotion de peur, qui domine parfois notre vie lorsque l’on est anxieux.

Ressentir de la peur au quotidien ou de façon récurrente, fatigue, mais peut aussi conduire à créer d’autres émotions en chaîne face à celle-ci. Si vous êtes anxieuse, vous pourrez aussi ressentir certaines autres émotions, comme un sentiment de :

  1. Mal-être : global, général, face à cette émotion trop récurrente.
  2. Détresse : importante, dû à l’impression d’impossibilité de s’en sortir.
  3. Tristesse : récurrente, chronique, parfois même faire une dépression.
  4. Colère : face à un problème qui outrepasse nos limites.

Laissez-moi vous décrire comment dépasser ses 4 émotions en quelques mots, car la solution est parfois moins loin que l’on ne le pense. Voici des éléments pour vous aider à reprogrammer vos réponses émotionnelles.

1 – Mal-être : prendre du recul

Pour surmonter un sentiment de mal-être, il est important de prendre du recul sur les choses. Les émotions que vous ressentez aujourd’hui, ne resteront pas pour toujours, elles s’en iront, comme pour chaque émotion que vous avez ressenti et ressentez au quotidien.

Ce sentiment de mal-être est temporaire, il ne tient qu’à vous désormais de chercher les causes de ce mal-être pour en apercevoir les solutions : il y a des actions que vous pouvez faire, des pensées que vous pouvez avoir dès aujourd’hui, pour le réduire, et vous pouvez le faire maintenant.

2 – Détresse : faire un break salutaire

Pour surmonter un sentiment de détresse, il est important de changer très rapidement de rythme de vie car un break salutaire s’impose. Si la situation actuelle est trop difficile à gérer pour vous, il est nécessaire de faire une pause pour rassembler vos forces, trouver en vous les ressources pour y arriver.

Ce sentiment de détresse est douloureux, c’est exactement pour cela qu’il vous faut agir rapidement pour le réduire, et modifier votre vie dès maintenant. Chaque émotion a une signification : si elle est positive, elle est le signe que vous êtes peut-être sur la bonne voie. Si elle est négative, il vous faut peut-être changer quelque chose.

qu-est-ce-que-l-anxiete-peut-provoquer

3 – Tristesse : utiliser l’écriture

Pour surmonter un sentiment de tristesse, il est important de s’exprimer soit à une personne de votre entourage, soit par écrit si cela est plus accessible pour vous. Ecrire vos émotions vous permettra de les extérioriser et d’en diminuer le poids pour vous, car… On ne peut pas surmonter une tristesse que l’on n’a pas exprimé.

Ce sentiment de tristesse est temporaire, mais s’il en devient permanent, c’est qu’il vous faut réellement changer les choses. L’anxiété est difficile en effet, et je l’ai vécu, néanmoins je vous assure que ne pas l’alourdir d’autres sentiments encore permet déjà d’en diminuer le poids.

4 – Colère : se dépenser physiquement

Pour surmonter un sentiment de colère, il est aussi important de s’exprimer, mais différemment que pour les autres émotions. La colère est une émotion importante suscitant de l’énergie, voilà pourquoi il est nécessaire de la dépenser par le sport, pour mieux la canaliser.

Ce sentiment de colère diminuera dès lors que vous aurez dépensé l’énergie que vous avez accumulé, et dès que vous aurez compris que rien ne sert de lutter contre l’anxiété : la première étape est d’accepter qu’elle est là, reconnaître sa présence, pour ensuite chercher à changer.

En bref, l’anxiété peut provoquer certaines émotions, mais cela n’est pas gravé dans le marbre, vous pouvez apprendre à les réguler.

2 – L’anxiété peut provoquer certains comportements

La deuxième manifestation typique de l’anxiété, sont les comportements différents auxquels elles peut conduire, car l’anxiété vient aussi avec un package quant à nos réactions quotidiennes. Les 2 réactions à la peur selon nos gênes, résident tour de même en deux réactions :

  • La fuite : pour des situations que l’on perçoit comme dangereuses.
  • Le combat : pour des situations où nous pensons avoir des ressources.

Ce sont les deux comportements les plus souvent retrouvés chez les animaux également, lorsqu’ils doivent faire face à un danger ou une menace directe pour leur survie. Néanmoins, dans notre époque actuelle, les menaces sont plus souvent perçues, que directes, et leurs réactions sont donc elles aussi différentes, ce sont plutôt des comportements de :

  1. Fuite : partir de la situation pour stopper son anxiété
  2. Se paralyser : tout bloquer et ne plus bouger par réaction
  3. Inhibition : se renfermer sur soi-même par manque de ressources
  4. Se cacher : essayer de trouver un espace autre pour se cacher

Face à ces réactions-là, il est nécessaire de trouver des solutions : ces comportements sont différents de ceux pourtant naturels, car l’anxiété tend à dérégler nos réponses, donc voici des éléments pour vous aider à mieux réagir si cela vous est possible.

1 – Fuite : attendre un peu

Pour surmonter cette réaction, il vous est nécessaire de travailler votre patience notamment à travers les situations, parce que si vous quittez les situations à chaque fois qu’elles commencent à mal se profiler, vous ne saurez jamais ce qui aurait pu se passer de bien.

Laissez-vous au moins l’occasion de découvrir les possibles issues que la situation pourrait donner : essayer d’attendre au moins 30 minutes, et normalement, l’anxiété devrait diminuer. Si elle ne fait qu’augmenter, alors sortez temporairement de la situation. Vous aurez au moins essayé.

2 – Se paralyser : mieux respirer

Pour surmonter cette réaction, il va vous falloir agir sur votre physiologie, puisque rien ne sert de rester paralysé et de tout bloquer, cela n’aidera pas réduire votre anxiété. Il est important de revenir aux basiques, notamment à celui de la respiration.

Essayez de plus vous concentrer sur votre respiration, de respirer beaucoup plus lentement et plus profondément, en prenant votre temps ! Cela vous sera bien plus profitable, et cela permettra de débloquer votre réponse comportementale tout en réduisant votre anxiété.

3 – Inhibition : parler à un proche

Pour surmonter cette réaction, il est nécessaire de s’extérioriser très rapidement pour cesser de se renfermer. Si la situation est trop difficile pour vous, parlez-en et dites-le à vos proches présents. En mettant des mots sur vos émotions, cela vous aidera aussi à en sortir.

Renverser ce processus d’inhibition lors d’une situation, revient donc à promouvoir l’extériorisation en effet : et puis, en parler à un proche réduira aussi vos émotions négatives et vous apportera le soutien dont vous avez besoin.

4 – Se cacher : changer de regard

Pour surmonter cette réaction, il est important de changer de regard sur les situations que vous vivez. Se cacher n’est qu’une solution à court-terme qui ne résout pas la difficulté que vous ressentez, alors que la recherche active d’un plan, lui, pourrait vous y aider.

Essayez de chercher activement une solution, que ce soit une pensée à modifier ou une action à réaliser, plutôt que d’essayer de vous cacher pour fuir une situation : je sais que cela peut être difficile, mais je vous garantis que cela résoudra la situation bien mieux que n’importe quelle autre chose.

En bref, l’anxiété peut provoquer certains comportements, néanmoins il vous est possible d’agir pour les réduire.

3 – L’anxiété peut provoquer certaines pensées

La troisième manifestation typique de l’anxiété, sont les pensées assez dysfonctionnelles qu’elle induit, puisque l’anxiété est souvent aussi dû à une perception erronée de la réalité, car nos pensées sont excessivement négatives ou centrées sur le danger. C’est une chose qu’il faut changer. Il existe d’ailleurs 5 types de pensées erronées (lien vers l’article détaillé) chez les personnes anxieuses selon Beck :

  1. Inférence arbitraire = tirer des conclusions sans preuves
  2. Abstraction sélective = ne sélectionner que le négatif
  3. Surgénéralisation = à partir d’une seule chose généraliser
  4. Personnalisation = penser que tout est lié à soi
  5. Minimisation/maximisation = minimiser les réussites et maximiser l’impact de ses échecs

Nous pouvons donc voir qu’avec de telles pensées, il est évidemment logique de ressentir de l’anxiété, puisque nos pensées sont en effet totalement déréglées, et peu centrées sur la réalité. Laissez donc vous aider à les déconstruire d’un peu déjà, dans l’espoir que cela vous fournira un guide pour poursuivre le travail vous-même.

1 – Inférences : cherchez les preuves

Pour ne pas tirer de conclusions erronées, il est nécessaire de chercher des preuves de ce que vous pensez, et cela dans la réalité. Il existe des preuves concrètes et objectives, factuelles qui réfutent aussi votre idée, alors… Si quelqu’un oublie de vous dire bonjour, il n’a pas forcément une dent contre vous, s’il le fait toujours par exemple à chaque fois quand vous regardez les faits : il ne vous a peut-être juste pas vu cette fois.

2 – Sélection : trouvez les faits positifs

Pour ne pas sélectionner que les événements négatifs, il est nécessaire de remettre en lumière les événements positifs que vous avez vécu, que ce soit dans une situation ou en général, redonner du poids à ces choses-là, alors… Si vous ne voyez que le faux-pas que vous avez fait pendant une conversation par exemple, essayez de vous souvenir aussi des phrases intelligentes pleines de tact que vous avez dites, cela vous fera relativiser.

3 – Généraliser : séparez les événements

Pour éviter de trop généraliser à partir d’une situation, il est aussi nécessaire de séparer les évenements et d’apprendre à les voir comme différents des autres, distincts, et donc sans aucun lien avec les autres, au risque sinon de lier une situation à tout un tas d’autres. Si par exemple vous rencontrez un échec personnel, dites-vous juste que ce n’est qu’un évenement isolé, comme cela vous éviterez de généraliser sur vos échecs en général.

4 – Personnalisation : voyez à travers les yeux des autres

Pour éviter de tout ramener à soi, il vous sera également nécessaire de cesser de penser à travers votre cerveau, mais de plutôt voir à travers les yeux des autres. Quelles préoccupations une autre personne a, autre que vous ? Enormément d’autres choses ! Donc si une personne vous regarde de travers, c’est peut-être juste qu’elle a eu une mauvaise journée rempli de stress et de contraintes, et cela n’a peut-être rien à voir avec vous.

5 – Minimiser/Maximiser : restituer l’importance adéquate

Pour éviter de minimiser les réussites pour maximise les échecs, il est aussi nécessaire de restituer le poids adéquat à chaque chose, chaque situation. Chaque réussite est importante, peu importe ce que l’on en dise. Chaque échec est temporaire, si l’on apprend de ses erreurs, cela en devient même une expérience positive qui vous fera avancer alors… Si vous échouez à un entretien par exemple, apprenez de cette erreur pour faire mieux au prochain, et ainsi tout déchirer.

En bref, l’anxiété peut provoquer certaines pensées, néanmoins avec un peu de travail, vous pourrez déjà les affaiblir, pour au long-terme, les déconstruire.

Mais… Est-ce que c’est grave ?

Et bien, la bonne nouvelle c’est que… NON ce n’est pas grave. Les émotions que vous ressentez, et leurs manifestations ne vous mettent aucunement en danger, contrairement à ce que vous pourriez penser. Chaque émotion est temporaire, et la peur partira aussi je vous le garantis.

Si vous suivez tous les petits conseils que je vous ai donné, et que vous modifiez ses réponses une par une, je vous garantis que vous allez affaiblir ces manifestations et par la même occasion votre anxiété. A vous maintenant de décider ce que vous voulez pour vous-même ! Chaque pas que vous ferez compte.


Finalement, nous en avons appris plus sur l’anxiété et ses manifestations : nous avons compris que l’anxiété pouvait provoquer 4 types de manifestations.

Émotions. Comportements. Pensées. Si l’anxiété peut les provoquer, ils ne sont cependant pas graves, il est d’ailleurs même possible de les modifier.

Contrairement à ce que l’on peut penser, il est bel et bien possible de diminuer leur impact, voire même de totalement les éradiquer : pour cela, il vous faudra faire preuve de persévérance et de patience. Néanmoins, vous en êtes capables.

Bien à vous,

Ambre.